Un M1868 à percussion broche, le LF 87.

Introduction :

Le revolver « 1858 » et le « 1870 » de Marine sont les plus mythiques de l’épopée Lefaucheux.
Autant le revolver 1858 sera entièrement fabriqué dans la Manufacture de Saint-Etienne, autant le revolver 1870 le sera dans les ateliers du 194 rue Lafayette à Paris
L’histoire du revolver « 1870 de Marine » commence par une demande du 13 mars 1868, du Ministre au Président des Marchés Spéciaux de l’Artillerie et se terminera en septembre 1872.
Le samedi 6 juin 1868, Eugène Lefaucheux participe à une séance d’explication avec le « Comité », sur les deux types de revolvers de conception nouvelle ; l’un à broche, l’autre à percussion centrale. Suite a ses essais le brevet 82358 est déposé le 10 septembre 1868.


De nouveaux essais ont lieu le 29 janvier et 2 février 1869 sur le « Louis XIV » et le « Savoie ».
Le 7 Décembre 1869, le Ministre de la Guerre adopte officiellement le revolver d’Eugène Lefaucheux comme paraissant le mieux adapté pour les besoins du service de la Marine.
Néanmoins, il demande encore des essais afin de déterminer le choix entre un revolver à canon long de 154 mm, ou à canon court de 121 mm.
La Commission de tir se prononcera en faveur du canon raccourci, soit le canon de 121 mm.
La production totale des revolvers à percussion centrale, issus du brevet de Septembre 1868 dans les ateliers de la rue Lafayette aurait été, me semble-t-il, d’environ 9000 pièces.

Principe de fonctionnement du revolver 1868 :

La particularité du revolver issu du brevet de 1868 est qu’il fonctionne en Simple et Double action. C’est une nouveauté pour la Marine puisque le « 1858 réglementaire » ne fonctionne lui, qu’en Simple Action. Le rajout de la « Double Action » procure à l’arme un volume de feu dont le « 1858 » était privé.
Le mentonnet et la barrette de liaison entre la détente et le chien sont montés sur le même axe, sur le haut du corps de la détente. En pressant légèrement la détente, la barrette de liaison fait basculer le chien en arrière et prend le premier cran de la gâchette, le « cran de sûreté ».
La mise sur le « cran de sûreté » dégage la tête du chien, permettant au barillet de tourner librement et ainsi permettre le chargement ou déchargement des munitions.
Une nouvelle pression sur la détente permet de faire feu ou en tirant le chien en arrière avec le pouce et de mettre le chien sur le deuxième cran de la gâchette, le « cran de l’armé ».
Dans le même mouvement le mentonnet aura poussé le barillet 1/6ème de tour, par l’intermédiaire du rochet, afin d’aligner la balle du barillet en face du canon et le taquet de verrouillage, présent sur le haut de la détente, vient se bloquer dans l’arrêtoir du barillet.
Le tenon du chien est sorti de la mortaise de la barrette et le grand ressort est sous pression.
La pointe de la gâchette repose sur une encoche à l’arrière de la détente.
Le ressort de détente, à l’avant de celle-ci, offre une contre-pression à l’ensemble du mécanisme.


Les mêmes mouvements s’opèrent exactement en tirant en arrière le chien (Simple Action).
Une pression supplémentaire sur la détente pousse la pointe de la gâchette, (qui repose sur l’encoche) vers le haut et pivote autour de son axe en libérant le chien de son « cran d’armé », qui, sous la pression du grand ressort, lance le chien vers l’avant pour le « coup de feu ».
Le ressort de détente repousse ladite détente en place et l’ensemble du mécanisme suit le même mouvement et se retrouve prêt pour un nouveau coup de feu.

Le LF87 un modèle 1868 mais à percussion broche.

Le soupçon de l’existence d’une version de M1868 à percussion sur broche a toujours été présent puisque Eugène Lefaucheux en parle dans sa lettre du 5 mai 1868 au Ministre de la Guerre. Dans cette lettre il propose 50 revolvers à percussion à broche de son nouveau modèle. Trouver un M1868 à percussion centrale n’est déjà pas très facile au vu de la quantité revolvers produite de ce modèle, donc trouver un M1868 à percussion à broche relevait pour ainsi dire de l’impossible. Néanmoins la patience est le meilleur ami du collectionneur.
Le LF87 est un M1868 à percussion à broche et son aspect générale ne diffère pas beaucoup d’un M1868 à percussion centrale. Les modifications sont minimes, à savoir :
– Le chien a été modifié pour la percussion à broche.


– La pièce de jonction au-dessus du barillet a été creusé pour le passage de la tête du chien.
– Les chambres du barillet ne sont pas fraisées puisque la balle à broche n’a pas de bourrelet.


– Le bouclier sur le pourtour du barillet a été fraisé et diminué de largueur pour faire apparaitre les ergots et permettre la frappe du chien.
Le mécanisme de fonctionnement, le chargement et la manipulation du LF87 est identique m’importe quel autre revolver de ce modèle.


L’axe centrale du LF87 est vissé dans l’arrière de la culasse. Pour sortir le barillet de son logement il faut d’abord dévisser l’axe avec un outil. Ce dispositif a été modifié par la suite à la demande de la Commission.

Marquages et Poinçons

L’arme ne comporte pas beaucoup de poinçons et de marquages. Sur les dessus du canon.


« E. Lefaucheux Bté à Paris ». Un LF87 sur le côté gauche du canon parallèle à l’axe centrale.


Le numéro d’assemblage « 81N » est présent sur l’ensemble des pièces.


Sur la plaquette droite des lettres « HR » ou « HL » entrelacées (sous réserve de vérification) , surement les initiales du premier propriétaire.

Caractéristiques techniques :

Poids à vide : 1174 grammes.
Longueur totale : 300 mm.
Longueur du canon : 152 mm.
Mécanisme : Double Action.
Capacité : Six coups, 12 mm à broche.
Portière : Ressort intégré dans le bâti fixé avec une petite vis.
Plaquettes de crosse : Ivoire.
Finition : Bronzé.

® et © Lefaucheux septembre 2020.

Livres publiés par l’Auteur : 
Books published by the Author:

« Eugène Lefaucheux ou l’apothéose de la sage familiale » éditions Crépin Leblond 2013.
https://www.crepin-leblond.fr/divers/750-eugene-lefaucheux-ou-l-apotheose-de-la-saga-familiale-9782703003786.html

« La production des modèles d’Eugène Lefaucheux » éditions Crépin Leblond 2016.
https://www.crepin-leblond.fr/armes-de-poing/602-la-production-des-modeles-d-eugene-lefaucheux-9782703004103.html