Un fusil de chasse signé Eugène Lefaucheux

Un fusil de chasse signé par Eugène Lefaucheux, le LF 622.

Introduction et datation :

Les fusils ordinaire de chasse d’Eugène sont pour le moment inclassable dans les séries déterminées par le livre « La production des modèles d’Eugène Lefaucheux », édition Crépin-Leblond 2016.

A cet effet j’avais créé un groupe « Production des fusils exclusivement », page 23, un sorte de fourre-tout ….. et pour le moment je range le LF 622 en calibre 16 dans cette catégorie.

C’est d’ailleurs, comme je le disais ci-dessus: « un fusil de chasse ordinaire » dont le brevet est depuis longtemps tombé dans le domaine public.

La fabrication de l’arme est belge comme le banc d’épreuve le confirme, le « ELG » dans son ovale nous indique que l’arme est d’avant juillet 1893.

La lettre « M » surmonté d’une couronne, poinçon du contrôleur, nous indique que l’arme est d’avant janvier 1877.

Sur la bande centrale est inscrit: « E. Lefaucheux 32 rue N.D. des Victoires ».

C’est à partir du 15 juin 1875 qu’il signe le bail de location avec Jules Gévelot et va exercer à cette adresse.

Qu’à partir du 15 Novembre 1881 la « Maison E. Lefaucheux » change de propriétaire.

Avec les constations ci-dessus nous pouvons donc dire :

  • Que ce fusil a été fabriqué en Belgique entre juin 1875 et janvier 1877.
  • Que l’arme a été assemblée et commercialisée par Eugène Lefaucheux au, 32 rue Notre Dame des Victoires après le 15 juin 1875, mais avant le 15 Novembre 1881.

Fonctionnement :

Le fonctionnement de ce fusil est semblable à tous les autres armes du même genre :

Pour ouvrir les canons  il faut mettre les chiens au premier cran et tirer la grande clé vers la droite pour faire basculer les canons vers l’avant afin de pouvoir introduire les 2 cartouches à broche, pour les extraire on procède de la même manière.

Une fois les cartouches mise en place, on ferme les canons, on remet la clé en place sous les canons et on tire les chiens à l’armer, c’est à dire au deuxième cran.

En appuyant sur les détentes vous pouvez faire feu.

Pour désolidariser les canons de la bascule on procède de la même manière que pour l’ouverture des canons mais en tirant la petit clé, situé au-dessus de la grande, vers la gauche, l’ensemble forme alors un « T ».

L’ouverture de cette petite clé permet d’ôter les canons de la bascule.

Caractéristiques techniques : 

  • Poids de l’arme : 2855 grammes
  • Longueur totale : 1155 mm
  • Longueur des canons: 745 mm damassé
  • Calibre : 16/60 lisse.
  • Longueur de la première détente à la plaque de couche : 370 mm

  • Platines à deux paliers en arrière entaillées dans le bois de la crosse.
  • Crosse en bois clair, dite « à l’anglaise ».
  • Bascule à « T », système Lefaucheux.
  • Pontet à volute.

Marquages et poinçons

De multiples poinçons et marquages sont présents sur l’arme, dont j’ignore, pour certains, la signification:

  • Sur la bascule sous le grande clé : « 1952 » qui est le numéro d’assemblage canon / bascule.
  • Sur la dessus de la bascule : le Perron belge et la lettre « M » couronnée.
  • Sur l’axe central de la grande clé un « D »
  • Intérieure de la platine gauche; un « B » couronné.

  • Intérieure des deux platines, sur la face interne des chiens « 487 A »
  • Sur la bande du dessus du canon : « E. Lefaucheux 32 rue N.D des Victoires Paris »

  • Sur le dessous du canon, sur la partie centrale: « LF  622»
  • Sur le canon gauche : le « M » couronné, le perron, le « EL » entrelacé et le poinçon du banc d’épreuve « ELG ».
  • Sur le canon droit : 17.2, ce qui correspondrait à un calibre 16.

  • Sur la bande centrale du dessous : « ADF » suivie de « 1952 » et de « 15967 cc ».

  • Des gravures de lianes sur les platines et la bascule.

® et © Lefaucheux Avril 2018.