Triple action – Escoffier – 9 mm

Description du Lefaucheux 9 mm en Triple Action, signé par Félix Escoffier

6_modifié-1

Le revolver ici présent est une rareté, si mes hypothèses se confirment.

Ce modèle 9 mm en Triple Action, tout en rondeur, comme les 12 mm, a perdu les formes anguleuses du 7 mm.

12_modifié-1

11_modifié-1

C’est un modèle réduit du 12 mm, avec néanmoins une petite différence, qui classe l’arme dans la catégorie « d’arme de poche », à savoir :

  • L’absence de pontet, donc une détente repliable comme les 7 mm.

Sa rareté n’est pas due à sa ressemblance avec le 12 mm, du même mécanisme, mais car:

  • C’est une arme qui est rigoureusement identique à n’importe quel autre 9 mm en TA d’Eugène Lefaucheux, sauf que celle-ci ne comporte pas le fameux LF ou tout autre marquage permettant de le relier à ce dernier.

16_modifié-1

A l’emplacement où on retrouve normalement le LF, suivi de son numéro sur le côté gauche, on peut lire : « F. Escoffier Entrepr. ».

« Mathieu Félix Escoffier est Arquebusier et fourbisseur à Saint Etienne où il détient un atelier de fabrication d’armes de chasse et civiles de 1847 à 1878 et conjointement, entrepreneur à la Manufacture de 1852 à 1874.

Il avait la charge de coordonner la production d’éléments d’armes pour la Manufacture chez les armuriers civils de la région de St Etienne,  ainsi que  la production de certaines autres pièces au sein même de la Manufacture et d’en faire réaliser l’assemblage final pour l’armée. »

13_modifié-1

  • Dans un des documents signés de la main d’Eugène Lefaucheux, dans lequel il détaille sa production, on apprend qu’il aurait fabriqué environ 900 armes pour Mr Escoffier.

L’arme décrite ici est très probablement une d’elles.

Annotation datée du 12 octobre 1872 et compte tenu de la période d’utilisation du banc d’épreuve marqué sur le barillet on peut donc situer la fabrication de cette arme entre 1869 et 1872.

carves

9_modifié-1

  • Le dessus du canon est marqué au nom de : « Félix Carvès » en lettres peintes d’or.

Qui est ce « Félix Carvès » ?

Hypothèse :

Né le 24 novembre 1853 à St Etienne, il est le fils de François Carvès et Marguerite Garnier.

Il exerce le métier d’Inspecteur d’exploitation du Chemin de Fer P.L.M.

Son père François a une rue à son nom à St Etienne, pour avoir amélioré les fours de carbonisation : « les fours Carvès »

Sources:

Marquages et Poinçons :

L’ensemble des pièces comporte le numéro d’assemblage : 5 V.

7_modifié-1

Sur le tonnerre gauche, encore partiellement visible:

« F. Escoffier Entrepr. »

Sur le dessus du canon :

« Félix Carvès»

17_modifié-1

Sur le pourtour du barillet, le poinçon du banc d’épreuve situe cette arme entre 1869 et 1879.

Sous les plaquettes, plusieurs poinçons : un « Cœur », en plus du 5 V.

15_modifié-1

Caractéristiques techniques :

Arme à vocation purement civile.

Poids de l’arme : 670 grammes

Longueur totale de l’arme : 210 mm

Longueur du canon : 100 mm

Portière de chargement : Côté droit dans la culasse, s’ouvrant vers le haut.

Baguette d’éjection : Amovible, avec ressort longitudinal.

Barillet : 6 coups, 9 mm à broche

Longueur : 27 mm

Diamètre : 36 mm

Culasse : 44 mm

3_modifié-1

Détente : Repliable vers l’avant.

Mécanisme : Triple Action.

5_modifié-1

14_modifié-1

Plaquettes : En ivoire, avec un anneau pour dragonne.

10_modifié-1

® et © Lefaucheux Juin 2013