Les fusils Dragon transformés en Tabatière par Eugène Lefaucheux

ARTICLE EN CONSTRUCTION

________________________________________________________________________

Archives de l’Artillerie

4 F 18

10695 (26)

Provenant du Cabinet de l’Empereur

Napoléon III et envoyé aux Archives

par Pon. M. Me . 23 octobre 1874.

1868 – 2 Janvier.

Compte rendu des opérations exécutées à la date du 31 décembre 1867 pour le réarmement des troupes

Fabrication du fusil modèle 1866

Châtellerault a reçu en outre, une commande de 50.000 sabres-baïonnette destiné à paré d’abord à l’insuffisance de la production des autres manufactures et à fournir ensuite l’armement des tambours et musiciens.

Sur cette commande de 50.000 sabres- baïonnette 12.676 sont terminés et 20.000 ont été fournis comme avances aux manufactures de St. Etienne, Mützig, Tulle et Placensia.

La fabrication du fusil 1866 est aujourd’hui régularisée dans les manufactures Impériales sur le pied de 1100 fusils en moyenne par jour.

Elle atteindra prochainement 1200, soit 30.000 fusils par mois de 25 jours de travail.

D’après cela, les quatre manufactures impériales auront terminé, sauf empêchement de force majeur, les 416.000 fusils qu’il leur reste à faire en quatorze mois, c’est à dire vers le 1er Mars 1869.

La fabrication dans les manufactures étrangères travaillant pour le compte de la société Caben-Lyon, n’est pas assez avancée, pour qu’il soit possible de tirer aucune conséquence de sa marche.

Ces manufactures devaient livrer ensemble 25.000 fusils au 31 décembre 1867.

Elle n’en ont produit de 5.189.

Le terme extrême du marché de la société Caben-Lyon étant fixé au 1er octobre 1868, cette société doit dés à présent livrer au moins 10.000 fusils par mois pour remplir les obligations qu’elle a contracter.

Transformation des Anciennes Armes.

Ainsi, sur un total de 358.500 armes livrées à la transformation, il n’en est rentré transformées que 41.716 entre les mains de l’Artillerie.

Le dernier délai accordé aux industriels chargés de transformer les fusils d’infanterie et les carabines de chasseurs étant fixé au 1er Juillet prochain, ils doivent pour se libérer, fournir ensemble à l’avenir au moins 46.000 armes par mois, ce qui paraît impossible.

En résumé, il existe au 31 décembre 1867, 160.604 armes se chargeant par la culasse, savoir :

Il a été fabriqué en 1867 dans les établissements de l’Artillerie 41 million de cartouches à balles pour fusil modèle 1866.

Au 31 décembre il en reste 34 million en magasin.

Les mesures sont prises pour en fabriquer 50 million d’ici au 1er Juillet 1868.

Mr Gévelot chargé de fabriquer 100 million de cartouches pour armes transformées en a livré 3 million au 31 décembre 1867.

Paris 2 Janvier 1868.

_________________________________________________________________________

Une lettre du Ministre trouvé dans les archives d’Eugène ……………

____________________________________________________________________________

Et des annotations trouvé dans les archives de Gérard Lautissier

Notes Lautissier

  • Fin 1867, Eugène Lefaucheux passe un marché avec l’armée pour la transformation a tabatière ( fusil 1867) de 40.000 fusil de dragons.
  • Le 31 décembre 1867 aucun fusil n’a été livré, la transformation débute en Janvier 1868.
  • Les contrôleurs de réception ont été nommés dans les ateliers Lefaucheux de Janvier à Décembre 1868.
  • Le 20 avril 1868, 24 fusils sont envoyés à l’examen de la commission de tir de Vincennes.
  • Rapport sur 24 fusils de dragons transformés dans les ateliers de Mr Lefaucheux et envoyés a l’examen de la commission permanente de tir de Vincennes.

Ex : Du point de vue de la percussion et du retrait des tubes après le tir.

« Les armes transformées chez Mr Lefaucheux ont été faites avec soins, elles ont un aspect satisfaisant, les matériaux employées paraissent de très bonnes qualité, mais comme dans toute fabrication a son début, ces armes présentent quelques imperfections auxquelles il est d’ailleurs facile de remédier et qu’il suffira de signaler à Mr Lefaucheux pour le voir disparaître dans la fabrication ultérieure.

  • Feuillure trop profonde, la cartouche avance à percussion, ou s’emboutit au recul.
  • Percussion trop haute, « le percuteur vient rencontrer l’alvéole porte-capsule ».
  • Ajustage trop serré du tir cartouche.

Recommandation à Mr Lefaucheux sur quelques détails :

  • Canons : chambres bien faites, bien polis, les canons n’ont pas été abîmées par le travail de fraisage de cette chambre, mais on a quelque fois oublié de remplacer par un arrondi l’angle de raccordement de la feuillure et de la chambre.
  • Percuteurs :
  • Tombée du chien :
  • Boîte de culasse :
  • Culasse mobile : s’encastre généralement bien dans la boîte de culasse et vient bien s’appliquer contre la tranche de la chambre, sauf toute fois pour 2 armes.
  • Chanfrein :  destiné à pousser la cartouche en place n’est pas assez prononcé et pousse trop loin.
  • Vis :
  • Broche :
  • Visse a bois généralement très bonne, le bois affleure bien le métal.
  • Hausses :
  • Baguettes :
  • Ressorts :
  • Suppression des arêtes vives (talon de culasse)

« Que Mr Lefaucheux y remédie, et il n’y a pas de doute qu’il ne puisse le faire très facilement aux quelques imperfections signalées dans ce rapport , et les armes qu’il livrera, employées avec de bonnes cartouches, feront un très bon service entre les mains des troupes »

Vincennes le 20 avril 1868

Capitaine d’Artillerie . »

 __________________________________________________________________

Et dans un article de l’époque, dont je ne retrouve plus trace (il faudra que je le retrouve ) ou il était écrit qu’a partir de la mi-1868 plus de 300 armes transformées sortait quotidiennement des ateliers de Lefaucheux ….