Léonidas Palasca

La commande du gouvernement Grec et le dénommé Léonidas Palasca

Léonidas Palasca 1-1

Au cou, il porte la croix de l’ordre du Sauveur (Grèce)
La 2e en partant de la gauche est l’Ordre de St Stanislas (Russie)
celle de l’extrême droite ressemble à la légion d’honneur

Les commandes et cessions de brevets du fameux revolver modèle 1854 crée par Eugène Lefaucheux sont connues et parmi celle-ci on peut citer:

  • La Marine Française
  • L’Espagne
  • L’Italie
  • La Suède
  • La Norvège.
  • Les USA
  • ….et bien d’autres pays.

En l’état actuel de mes connaissances, ni la Grèce, ni la Marine Hellénique ne sont mentionnées comme acheteuses.

Pourtant dans les archives d’Eugène Lefaucheux j’ai retrouvé le contrat de commande.

Ce « contrat de commande » est signé le 15 avril 1861 au nom du Gouvernement Grec par Léonidas Palasca, pour 200 revolvers modèle 1854 et 20.000 cartouches, en faveur d’Eugène Lefaucheux.

Voulant en savoir plus sur ce « Palasca », je suis tombé sur une « Notice Biographique » écrite par Ch. Mélétopoulo, directeur de la bibliothèque nationale d’Athènes en 1880.

1

2

3

Voici un résumé de la carrière de Léonidas Palasca :

Léonidas Palasca, fils de Christos Palasca, est né en 1819 à Janina, une ville très florissante de Grèce, dans une famille importante de l’Epire,.

Le père de Christos, ainsi qu’une bonne partie de sa famille, est persécuté et tué par Ali-pacha.

4

« Ali Pacha » 

Afin d’éviter le même sort, Christos se réfugie dans les îles Ioniennes.

Il y intègre la Légion Hellénique et y devient officier supérieur.

Malgré le massacre d’une partie de sa famille, Christos, sur invitation d’Ali-pacha, rentre au service de ce dernier, qui lui accorde un commandement militaire et le nomme comme un de ses aides-de-camps.

Après l’exécution d’Ali-Pacha toute la famille Palasca est à la merci de Khourchid-Pacha.

Christos déserte pour reprendre sa place dans l’armée grecque tout en craignant pour le sort de sa famille restée côté Turc.

Il faut la prise d’otage du harem et de toute la famille de Khourchid – Pacha pour que Christos Palasca puisse revoir sa femme et ses enfants.

A la mort de Christos Palasca, la famille est prise sous la protection de Jean Colettis, son ami intime.

Ce dernier est très lié avec le général Roche, le docteur Bailly et d’autres philhellènes français.

Sur recommandation de Jean Colettis, Léonidas est envoyé en France afin d’y recevoir une instruction complète.

Après le lycée, Leonidas revient en Grèce après le couronnement du roi Othon.

Son protecteur Colettis est envoyé à Paris comme ambassadeur ; Léonidas le suit et se fait admettre à l’école navale de Brest, d’où il sortira comme officier de la Marine Française.

Leonidas Palasca sert pendant neuf ans la Marine Française et y acquiert sur le « Tonnerre » les épaulettes d’enseigne de vaisseaux.

En 1844, malgré une carrière très prometteuse, en répondant à l’appel de Colettis, il rentre en Grèce pour servir son pays où on le nomme Lieutenant de Vaisseaux et il devient Commandant d’une goélette de 10 canons.

En 1847, étant capitaine de corvette, il est appelé à la direction du Ministère de la Marine, pour devenir Secrétaire Général du ministère de la Marine.

En 1859 il travaille sur la rédaction en grec d’un vocabulaire maritime, avec les termes correspondants en français et anglais, pour l’usage des officiers et équipages de la flotte hellénique.

Homme très cultivé, ayant une connaissance approfondie du français, parlant l’anglais l’italien et l’allemand, il est envoyé en mission à travers l’Europe.

A ce titre, il signera à Paris, le 15 avril 1861, une commande pour 200 revolvers modèle 1854 et 20.000 cartouches.

Armes et cartouches qui seront livrées vers la fin mai de la même année.

En Janvier 1862 il participe à la répression d’un mouvement insurrectionnel contre le roi Othon en qualité de commandant de frégate de « l’Hellas » (une frégate à hélice de 32 canons).

Insurrection, qui malgré la répression, provoquera la chute du trône quelques mois plus tard.

Léonidas partira, en exil, pour l’Angleterre durant 3 ans, ce qui pourrait expliquer qu’il n’y ait pas eu d’autres commandes et qu’il n’est fait aucune allusion, dans les livres sur les armes réglementaires, de l’utilisation des armes Lefaucheux dans la Marine Hellénique.

En 1873 il est envoyé à Vienne comme commissaire de l’Exposition universelle pour être élu vice-président de la commission centrale de cette exposition.

Et en 1875, il est envoyé à Paris comme délégué de la Grèce au Congrès de géographie.

Léonidas Palasca retrouve son poste de secrétaire général en 1876, mais pour une très courte durée, puisque n’arrivant pas à imposer sa vision d’organisation de la Marine, il démissionne.

léonidas Palasca 2- 2

« Léonidas Palasca »

Néanmoins, il retrouve de nouveau ce poste en 1877 pour préparer les forces vives du pays en prévision d’une invasion imminente par la Turquie.

Afin de préparer son pays il part en 1878 à Londres, pour l’achat de navires et de matériel de guerre ; il y contractera les germes de sa dernière maladie qui le conduira au tombeau.

Sources :

  • « Notice biographique sur Léonidas Palasca, Capitaine de Vaisseau de la Marine Royale Hellénique »

Ch. Mélétopoulo 1880

http://anemi.lib.uoc.gr/

  • «  Contrat signé entre Léonidas Palasca et Eugène Lefaucheux du 15 avril 1861 »

Archives privées de la famille Lefaucheux.

  • « Geschichte und Technik der europäischen Militärrevolver » Tome 1

Rolf H. Müller 1982

  • « Eugène Lefaucheux, ou l’apothéose de la saga familiale.

https://www.crepin-leblond.fr/accueil/750-eugene-lefaucheux-ou-l-apotheose-de-la-saga-familiale-9782703003786.html

© et ® Lefaucheux mai 2016