Le LF 68, 10 coups, 12 mm en Triple Action

Le revolver 12 mm en TA à 10 coups, le LF 68.

Introduction

Nous connaissons tous le revolver 12 mm en Triple Action à 6 coups, qui est pour ainsi dire commun et « déjà-vu ».

1-copie

Par contre, le 12 mm en TA, mais à 10 coups, est beaucoup moins courant voire rare.

La production de ces 12 mm TA à 10 coups a été faible, probablement moins de 600 pièces.

Les armes de ce calibre et de cette puissance de feu, sur une rangée à canon simple font partie des revolvers situés dans le brevet 55784 du 27 Septembre 1862.

Le 12 mm à 10 coups est une arme typiquement « Civile à vocation militaire » qui n’a  eu aucun succès commercial.

Les dimensions de l’arme sont très proches de celles du 7 mm à 20 coups.

C’est une arme lourde dont le poids à vide, comme nous le verrons ci-dessous, dépasse largement le kilo et chargé, presque 1.3 kilo.

Malgré une puissance de feu largement supérieure à la moyenne des 6 coups, on peut aisément imaginer l’encombrement et le poids à la ceinture d’un soldat ou officier.

La faible production de ces armes peut aussi être due au fait que cette production est relativement tardive par rapport au 6 coups du même calibre et que par conséquent elle s’est retrouvée en concurrence avec le 7 mm à 20 coups qui commencera à sortir des ateliers vers le mois de février – mars 1865.

2-copie

Datation et évolution :

Les revolvers en 12 mm à 10 coups constituent une série bien à part et spécifique.

L’ensemble des numéros relevés sur les armes en 12 mm, TA et en 10 coups,  se situe actuellement entre le « LF68 »  et le « LF582 ».

A priori, selon mes observations, il n’existerait principalement que deux groupes :

  • Un premier groupe avec vis de calotte de crosse apparente et ressort du système TA dans le prolongement arrière du chien, sans déport.
  • Un second groupe où les vis de la crosse ont disparu, puisque remplacées par une fixation par « Mortaise / Tenon » recouverte par les plaquettes.

En tenant compte des observations énumérées ci-dessus, on pourra les dater et/ou les situer dans le temps.

Les premiers revolvers en Triple Action sont apparus en Septembre 1862 ; ils avaient effectivement les vis apparentes au niveau du talon de la crosse, mais aussi le ressort du système triple action déporté sur la droite.

A noter aussi,  le marquage « LF » situé encore sur le tonnerre du côté droit.

Le changement de marquage du numéro « LF » intervient vers le mois de Juillet – Août 1864 sur les revolvers 12 mm à 6 coups.

En observant l’ensemble des  12 mm TA à 10 coups, on peut constater que tous les numéros « LF » sont situés sur le côté gauche dans le prolongement de l’axe central. (sous réserve de vérification)

Il est à noter en plus qu’aucune des armes observées n’a de ressort de Triple Action avec l’extrémité qui fait une découpe visible dans le bras supérieur de la crosse derrière le chien.

Modification déjà opérationnelles sur les 12 mm à 6 coups à partir d’Avril 1864.

Pour finir, la crosse sur le 12 mm à 6 coups ne prend cette forme arrondie, avec la suppression des deux grosse vis au bénéfice de la fixation « Mortaise / Tenon », recouverte par les plaquettes, qu’à partir de Nov. – Déc. 1864.

On peut de ce fait raisonnablement croire que la fabrication du « LF 68 » est à situer vers le mois d’Août 1864.

Poinçons et marquages :

3-copie

Le fameux « LF 68 » surmonté du pistolet suivi de son numéro est situé sur le côté gauche dans le prolongement de l’axe central.

4-copie

Sur le dessus du canon est :

« LEPAGE FRERES A PARIS, 12 RUE D’ENGHIEN ».

Ce qui voudrait dire que cette arme a été commercialisée par leurs soins.

8-copie

Sous le canon, devant l’axe central, en ovale :

«INVon  E. LEFAUCHEUX BREVETE S.G.D.G. (PARIS) ».

Et le chiffre « 2 ».

10-copie

L’ensemble des pièces de l’arme comporte le numéro « 87 :: », qui correspond à son numéro d’assemblage.

Caractéristique de l’arme:

  • Poids à vide: 1130 grammes
  • Longueur totale : 290 mm
  • Longueur canon : 156.7 mm, tonnerre à pans, arrondi sur 32 mm et ensuite rond, à 4 rainures internes.
  • Intérieur du canon :
  • — Entrée : 11.1 mm / 11.4 mm
  • — Sortie : 10.9 mm / 11.2 mm
  • Fixation du canon : Le canon est vissé sur l’axe central et au bâti par 1 vis « encastrée » frontale, au niveau de la console.
  • Fixation du socle à la carcasse :  par 3 vis.
  • Mécanisme : Triple Action.
  • Barillet : 10 coups, 12 mm à broche.
  • — Type : Cannelé
  • — Entrée drageoir : 12 mm
  • — Sortie drageoir : 11mm
  • — Diamètre : 57.8 mm
  • –Longueur: 28.9 mm et 37.6 mm avec le rochet et la partie avant.
  • — Arrêtoirs de blocage : carré de 3.2 mm / 3.4 mm.

7-copie

  • Culasse :
  • –Diamètre : 65 mm
  • — Epaisseur du bord : 7.6 mm
  • — Epaisseur au centre : 16.2 mm
  • — La portière de chargement avec un ressort et lèvre de pincement.
  • Grand ressort : Plat, fixé par une grosse vis à la base du bras inférieur.
  • Ressort TA : Plat, fixé à 1/4 de la hauteur du bras supérieur de la crosse. Se placent droit derrière le chien, le décrochement existe toujours mais n’est pas visible de l’extérieur. Ressort cranté pour pouvoir accrocher les crans du chien.
  • Détente : Fixe sur le corps.

5-copie

  • Corps de détente : Avec ergot sur l’arrière pour repousser vers le haut la « Baïonnette ».
  • Ressort de rappel de détente : En « V » encastré dans la console, devant la détente.
  • Chien : Avec crête, muni de deux crans et chaînette de liaison.
  • Pontet : Rond, fixé par deux vis, celle du devant fixée sur le dessous de l’embase, celle de l’arrière à l’intérieur du bâti.

6-copie

  • Talon : Arrondi sur son ensemble, calotte tenue par 2 vis apparentes. Avec la présence d’anneau de dragonne.
  • Baguette d’éjection : En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.
  • Plaquettes : 2 pièces en bois quadrillé tenues par une grande vis traversant de part en part la crosse.  « Busc »  carré de 11.3 mm de largueur.
  • Arme en poli blanc.

® et © Lefaucheux novembre 2016