Le LF 13796, un rare 12 mm Triple Action en Percussion Centrale.

Le « LF 13796 » :

16

Le « LF 13796»  est un 12 mm TA, mais à percussion centrale acceptant des balles « Perrin ».

1 copie

Avec le « LF 13769 » nous sommes très probablement vers le mois décembre 1868 ou Janvier 1869.

Après le cuisant revers d’Eugène Lefaucheux auprès de la Commission et la préférence pour l’arme de « Louis Perrin » par la Gendarmerie Impériale, il est obligé de réagir pour pouvoir rester dans la course.

La fabrication et la transformation de ce revolver en percussion centrale sont une première réponse.

C’est aussi sa première tentative dans le domaine de la percussion centrale.

L’arme ne change pas radicalement d’aspect visuel et le mécanisme interne reste parfaitement identique.

Les modifications sont situées aux niveaux :

3 copie

  • Du chien, dont on coupe la « tête » et sur lequel on fixe un percuteur conique.
  • Du fait de la perte de la tête de chien, l’arme perd aussi son cran de visée.
  • Un nouveau cran sera fixé sur le dessus du tonnerre.
  • De la culasse, qu’on perce de part en part pour laisser passer le percuteur.

2 copie

  • Du diamètre de la culasse qui diminue principalement du fait que les balles utilisées n’auront plus de « tige  percuteur ».
  • D’un pourtour de barillet sans encoche dont on aura augmenté le diamètre pour pouvoir, après fraisage des drageoirs, accueillir les balles à gros bourrelet.

Marquages et poinçons :

6 copie

Le numéro d’assemblage de cette arme est le « 52 M »

4 copie

Le numéro de l’arme, le  « LF 13796» est placé sur le côté gauche dans le prolongement de l’axe central.

7 copie

Sur le dessus du canon : « E. LEFAUCHEUX BRté S.G.D.G. A PARIS ».

Sur le devant, en-dessous du canon un « 2 »

Au-delà du fait que cette arme soit en PC, la très grande curiosité réside dans l’inscription à l’encre de chine sur la plaquette de droite.

On y retrouve le nom de son propriétaire initial : « Jules Bauret ».

11 copie

Qui est ce « Jules Bauret » ? ; 

« Jules François Joseph Bauret, né le 1 Mars 1847 à Audun la Tiche en Moselle

Lt Colonel, titulaire de la Légion d’Honneur et Officier Superviseur à la Direction de la Manufacture de Châtellerault du 30 Décembre 1896 au 29 Décembre 1902.

Il meurt le 14 Août 1918 à Grez en Bouère en Mayenne. »

Source:  « Extrait du dossier – Légion d’Honneur – de Jules Bauret »

14

Caractéristiques techniques :

  • Poids à vide: 968 grammes
  • Longueur totale :  265 mm
  • Longueur canon : 135 mm, tonnerre à pans, arrondi sur 27 mm et ensuite rond, à 4 rainures internes.
  • Epaisseur du canon : 18.5 mm après le tonnerre et 17.4 mm après le guidon.

Intérieur du canon :

  • Sortie : 10.9 mm / 11.2 mm
  • Entrée : 11.1 mm / 11.4 mm

Fixation du canon : Le canon est vissé sur l’axe central et au bâti par 1 vis « encastrée» frontale, au niveau de la console.

Embase de la cage du barillet :

  • Largeur : 13.2 mm  /15.3 mm
  • Epaisseur : 9.5 mm /  11 mm

Fixation du socle à la carcasse :  par 3 vis.

15

Mécanisme :  Triple Action.

Barillet :

  • 6 coups, 12 mm à percussion centrale.

8 copie

  • Entrée drageoir : 13.3 mm /3.7 mm (bourrelet de la balle Perrin)
  • Sortie drageoir : 11.2 mm
  • Diamètre : 44 mm
  • Longueur: 30.2 mm et 38.7 mm avec le rochet et la partie avant.
  • Arrêtoirs de blocage : triangle de 3 mm / 2.5 mm.

13

Culasse :

  • Diamètre : 47 mm
  • Epaisseur du bord : 8 mm
  • Epaisseur au centre : 17.5 mm

9 copie

  • Trou pour le percuteur : Extérieur culasse de 6 mm, sortie culasse interne de 4 mm avec une inclinaison vers le bas.
  • Portière de chargement avec un ressort et lèvre de pincement.

Grand ressort : Plat, fixé par une grosse vis à la base du bras inférieur.

10 copie

Ressort TA : Plat, fixé à 1/2 de la hauteur du bras supérieur de la crosse. Se placent droit derrière le chien, le décrochement existe toujours mais n’est pas visible de l’extérieur. Ressort cranté pour pouvoir accrocher les crans du chien.

Détente : Fixe sur le corps.

Corps de détente : Avec ergot sur l’arrière pour repousser vers le haut la « Baïonnette ».

Ressort de rappel de détente : En « V » encastré dans la console, devant la détente.

12 copie

Chien :  Avec crête, muni de deux crans et une chaînette de liaison. La tête du chien est coupée au ras du bord de la culasse  et le rajout, sur la tranche inférieure, d’un percuteur de forme conique.

Pontet : Rond, fixé par deux vis, celle du devant fixée sur le dessous de l’embase, celle de l’arrière à l’intérieure du bâti.

Talon : Arrondi sur son ensemble, solidaire au bras supérieur et venant se fixer par « mortaise/ tenon » avec une petite vis sur le bras inférieur, recouverte par les plaquettes. Avec la présence d’anneau de dragonne.

Baguette d’éjection : En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.

Plaquettes : 2 pièces en bois tenues par une grande vis  traversant de part en part la crosse. « Busc »  carré de 11.6 mm de largeur.

Arme en poli blanc.

5 copie

® et © Lefaucheux août 2016