La Maison Louis Perrin & Cie.

La Maison Louis Perrin

La maison Perrin a toujours été un grand concurrent d’Eugène Lefaucheux, aussi bien sur le plan juridique que sur le plan commercial.

Louis Perrin, né le 12 septembre 1818 à Montmorillon dans la Vienne est le fils ainé de Paul Perrin et Monique Rousseau.

Son père Paul Perrin est déjà armurier dans la même ville.

Le « Qui est Qui » de Jarlier (page 315) site un Perrin, armurier à Montmorillon en 1750. (Père de Paul Perrin ?)

A une date indéterminée Louis monte à Paris et ce mari avec Adrienne Elisabeth Pirot.

Louis Perrin décède à Paris au 51 rue Laffitte le 3 décembre 1869.

La déclaration de décès est signée par Florian Perrin, négociant et frère de Louis ainsi que par Auguste Louis Legendre, armurier, au 3 Bd Beaumarchais à Paris. (Je n’ai pas trouvé trace de lui dans le « Qui est Qui »).

Selon le « Qui est Qui » de Jarlier :

« Louis Perrin & Cie, fabricant d’armes à Paris et inventeur en 1845.

Le 7 juillet 1846 : pistolet à cheminée mobile.

Le 1 décembre 1851 : disposition particulière d’armes à feu.

De 1855 à 1870 ( ?) : six brevets de perfectionnement de son revolver (percussion centrale dès 1859).

Revolver testé par la Commission de Vincennes de 1862 à 1870 ou il est préféré au revolver triple action d’Eugène Lefaucheux.

Après son décès en 1870 ( ?) l’entreprise est tenu par sa veuve au moins jusqu’en 1878. »

Sources :

  • Archives d’Eugène Lefaucheux
  • Archives d’état civil de la Vienne.
  • Archives d’état civil de Paris.
  • Le « Qui est Qui » de Jarlier.

® et © Lefaucheux Janvier 2018.

__________

Missive écrite et signée par Lefaucheux et Perrin à la suite du procès pour contrefaçon envers plusieurs armuriers de la place de Paris.

Entre les Soussignés

Il est convenu ce qui suit :

  1. Mr Perrin s’engage a ce désister de l’instance civile engagée collectivement avec plusieurs armuriers concernant la demande de limitation des brevets pris par Monsieur Lefaucheux pour les revolvers de son invention.
  2. Mr Perrin se désiste également des demandes de dommage intérêts réclamés dans cette instance.
  3. Mr Lefaucheux déclare renoncer à toute poursuite soit en France et à l’étranger pour les revolvers de l’invention de Mr Perrin et qu’il fabrique.
  4. Il est convenu que chacune des parties payera ses frais.

Paris le 27 Janvier 1865

Signatures : Lefaucheux  -Perrin

© et ® Lefaucheux Janvier 2018 : Archives privées Famille Lefaucheux

__________

Mot écrit par Perrin:

Paris le 23 Novembre 1865

Monsieur E. Lefaucheux à Paris,

Je considère le jugement rendu le 9 Août 1865 par la chambre, comme nul et non avenu, en ce qui me concerne.

Je renonce à en tirer aucun avantage, mon nom figure dans ce jugement par suite d’un désistement de l’instance, non signifie par mon avoué.

Agréer, Monsieur mes salutations empressées

Perrin

P.S. Je vous autorise à en faire tel usage qu’il vous plaira

Signature illisible

3ème chambre tribunal civil.

© et ® Lefaucheux Janvier 2018 : Archives privées Famille Lefaucheux

__________

Facture du 7 Avril 1870 :

A cette date Louis Perrin est mort depuis 3 mois.

Facture émisse à l’encontre de la Princesse D’Aquila  pour l’achat d’un revolver de cavalerie.

Lire aussi :  https://www.appl-lachaise.net/appl/article.php3?id_article=6020

® et © Lefaucheux Janvier 2018