La Maison Lefaucheux – Père et Laffiteau

Présentation de la Maison Lefaucheux à travers des articles de presse de l’époque, la publicité, lettres et factures. 

1802 – 1832

Né le 26 janvier 1802, à Bonnétable dans la Sarthe et baptisé le lendemain dans l’église paroissiale d’Aulaine.

Il reçoit une bonne instruction et « monte » à Paris pour devenir vers 1812 apprenti armurier chez Maître Pauly.

Après le départ pour Londres de Samuel Pauly, il collabore avec Roux et Pichereau pour devenir en 1827, propriétaire de l’armurerie, située au 4 rue des trois frères à Paris.

Casimir se marie le 30 octobre 1827 à Paris, avec Françoise Constance Faivre, née le 2 septembre 1810.

De 1827 à 1833 l’habitation familiale de Casimir se situe au 5 rue Jean Jacques Rousseau à Paris.

® et © lefaucheux juin 2019

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1832

Le 5 juin 1832, dans la soirée, lors d’une révolte à Paris, l’armurerie situé aux 5 rue J.J. Rousseau est pillé par des insurgées, amené par l’épicier le sieur Eve, demeurant rue de Sartine.

Les sieur Eve sera condamné à l’automne de la même année à 2 ans d’emprisonnement pour pour pillage avec violence en bande armée.

Source: BNF

® et © lefaucheux juin 2019

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1836

Vente au 1 janvier 1836 de l’armurerie à Camille Jubé.

® et © lefaucheux juin 2019

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1845

Rachat de l’Armurerie à Camille Jubé.

Acte de vente entre Camille Jubé et Casimir Lefaucheux en Mars 1845

® et © lefaucheux juin 2019

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1846 

Publie-reportage dans le  « Journal des Chasseurs » d’août 1846 

Après avoir vendu son affaire en décembre 1835 à Mr Jubé, Casimir Lefaucheux revient à Paris en 1845 pour la racheter.

Dans le numéro d’Août 1846 du « Journal des Chasseurs » apparaît ce « Publie-Reportage » très élogieux sur «l ’Arquebuserie Lefaucheux ».

3

L’ensemble de son travail y passe : la référence à un utilisateur illustre, la qualité de ses fusils malgré le fait que son brevet soit tombé dans le domaine public, ses poivrières et ses derniers travaux sur les cartouches qui supprime la broche.

C’est sur ce dernier point où l’article est précurseur  puisqu’il date d’Août 1846 (voir la date en bas à droite du dessin),  or le « Certificat d’addition » parlant de ce sujet n’a été déposé qu’en Août 1847, soit un an plus tard.

1

Autre détail très intéressant : la composition du dessin et en particulier l’habillement et l’équipement du chasseur ; Plusieurs commerçants / fabricants sont intervenus pour l’habiller et l’équiper :

  • Lefaucheux pour le fusil et les cartouchières.
  • Lebatard pour le carnier
  • Morival pour les guêtres
  • Dufossé pour les chaussures imperméables.

2

Source : Antoine P. un grand merci pour les scans.

® et © lefaucheux juin 2016

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1849

Une publicité parue dans le « Le journal des chasseurs » de Septembre 1849.

Une élégante jeune femme « une Diane » ayant un fusil, deux coups, sur le bras avec une cartouchière à la taille.

1

Source : Antoine P. un grand merci pour le scan.

® et © lefaucheux juin 2016

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1850

Le 1 avril 1850 le couple Lefaucheux signe le bail pour le 37 rue Vivienne à Paris.

Bail de location 37 rue Vivienne

® et © lefaucheux juin 2019

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1852

Le 9 août 1852 Casimir Lefaucheux meurt, l’aventure sera poursuivie par sa femme …

® et © lefaucheux juin 2019

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1857 

Un petit entrefilet dans : Journal des Chasseurs

Vingt et unième année- 1er Semestre – 31 Mars 1857.

Bureaux : Rue Vivienne, 37 (Maison Lefaucheux), à Paris.

AA

Nouvelles et faits divers :

Un succès mérité.

Nous avons souvent prédit dans le Journal des Chasseurs et en cela notre conviction est basée sur notre expérience personnelle, que le fusil Lefaucheux était destiné, dans un temps donné, à détrôner complètement le fusil à baguette.

Un fait irrécusable qui vient à l’appui de cette opinion, c’est l’extension que l’arme à bascule prend depuis quelques années à l’étranger, en dépit des obstacles qui lui a suscités et que lui suscite encore un sentiment de rivalité nationale facile à comprendre.

Voilà, en moins de deux ans, plus de vingt fusils que la maison Lefaucheux fournit à Mgr le comte de Chambord, qui, dans ses chasses d’Allemagne où le gibier de toute espèce abonde, ne se sert plus d’autres armes.

AB

AC

L’usage s’en répand aussi graduellement en Russie, en Espagne et même en Angleterre, où l’on sait, à part le mérite très-réel d’une fabrication excellente, toutes les difficultés que rencontre l’adoption d’un perfectionnement quelconque du moment où il provient du dehors.

Ces progrès à l’étranger sont tout à fait significatifs et assurent au fusil Lefaucheux, aujourd’hui si généralement apprécié en France, un succès proportionné aux services qu’il est appelé à rendre entre les mains intelligentes qui en font usage.

Le Directeur Rédacteur en chef : Léon Bertrand.

AD

® et © Lefaucheux juin 2016

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1857 

Un article dans : Journal des Chasseurs

Vingt et unième année- 2 ème Semestre – 15 août 1857.

BA

Le fusil Lefaucheux

S’il y a telle invention qui suffit pour immortaliser le nom d’un homme, il est incontestable que le fusil Lefaucheux est de ce nombre.

Jamais découverte plus utile, depuis celle de la poudre toutefois, n’a mieux mérité de la grande famille des chasseurs, que cette invention en apparence si simple, comme toutes les œuvres de génie, qui, accomplissant un beau matin une révolution complète dans la manière de charger une arme, a substitué le nouveau fusil à bascule, ce chef-d’œuvre, à l’ancien fusil à baguette.

Ce jour-là, fut victorieusement résolu un grand problème, celui d’arriver tout bonnement à réunir dans une seule et même arme toutes les conditions voulues pour en assurer le succès, promptitude de charge, sécurité complète et en même temps grande justesse de tir, avec tout autant, si ce n’est pas plus et de pénétration et de portée.

Ne nous étonnons donc point de la faveur dont jouit aujourd’hui, à juste titre, le fusil Lefaucheux.

Cette arme incomparable, qui a eu à lutter, dans le principe, contre l’obstacle le plus difficile à surmonter dans ce monde, la routine et qui en a triomphé si complètement, qu’en moins de quinze années d’usage s’en est universellement répandue, non seulement en France, mais à l’étranger et qu’il est indubitable qu’avant l’expiration de la même période, elle aura, sinon totalement, du moins en grande partie, détrôné l’usage de toutes les autres armes.

Faisons plus.

BB

Montrons-nous reconnaissants, nous qui, aveugles que nous étions, avions commencé par nier le soleil comme beaucoup de nos confrères et qui, depuis, nous sommes rendus à l’évidence de ses rayons.

Au lieu de nous contenter de voter intérieurement des actions de grâces à Lefaucheux, chaque fois que l’expérience nous démontre la supériorité de son système, proclamons bien haut tous les avantages que nous lui trouvons….

Appuyons notre dire, non seulement par la théorie mais par la pratique, mettons en avant plus que des raisonnements, citons des faits ; en un mot, faisons en faveur de son arme spéciale, une propagande d’autant plus active, que nous avons été nous-mêmes plus incrédules, partant plus difficiles à convertir.

Quoi que nous puissions faire et par notre autorité et par nos exemples, nous n’acquitterons jamais que bien faiblement envers le chef et le fondateur de l’honorable maison qui porte son nom, la somme de jouissances que le fusil Lefaucheux, dont nous regrettons de n’avoir adopté l’usage exclusif que depuis une dizaine d’année, a dû ajouter à nos chasses.

« L’un des directeurs, rédacteur en chef : Léon Bertrand »

_________________________________________________________

Maison Lefaucheux, arquebusier à Paris,

37, rue Vivienne.

Le fusil Lefaucheux à décidément la vogue et c’est justice, si l’on énumère tous les avantages incontestables qui résultent de ce système.

Mais la première condition de succès pour cette arme spéciale, c’est la bonne confection des cartouches.

Or, nous savons par expérience, qui nulle part on ne s’attache autant à les faire d’une manière irréprochable que dans la maison Lefaucheux et la quantité incalculable qui s’en fabrique dans le cours d’une année, prouve que les consommateurs sont de notre avis.

Au moment de l’ouverture des chasses, il ne faut pas oublier que pour être exactement en mesure, il est prudent, vu le nombre des commandes, de faire toujours les siennes à l’avance.

BC

Note: nous sommes en présence de la MAISON LEFAUCHEUX, donc l’établissement géré par Mme veuve Casimir Lefaucheux et non Eugène Lefaucheux, qui, à cette date, est déjà au 9 et 9 bis rue Lafayette à Paris.

® et © Lefaucheux juin 2016

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1859

Facture émise par la Maison Lefaucheux le 18 Août 1859 à l’intention de Mr Passy, habitant au 6 rue Pigales à Paris pour l’achat de 80 cartouches Calibre 20.

® et © Lefaucheux janvier 2019

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1861

Lettre émise par La Maison Lefaucheux de la rue Vivienne.

Missive signé très probablement de la main de de Mr Laffiteau.

 1 copie

Lefaucheux

Arquebusier

37,  rue Vivienne 37

Médaille d’Honneur 1855                                                     Paris le 11 Juin 1861 

Monsieur de Couet à Sancerre, Cher.

Monsieur,

Nous avons l’honneur de vous prévenir que le fusil que vous avez bien nous commander est terminé, veuillez avoir la bonté de nous donner vos ordres pour la livraison. Faut-il vous l’adresser de suite par chemin de fer ou faut-il attendre que vous le fassiez prendre.

Recevez, Monsieur, en attendant, l’assurance de notre considération très distinguées.

Lefaucheux

4

Recto :

« Lefaucheux armurier »

3

® et © Lefaucheux juin 2016

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1866

Une facture d’achat pour une carabine à aiguille et sa baïonnette par Madame la Princesse d’Aquila, épouse de BOURBON-SICILES Louis Charles Marie Joseph, comte d’ AQUILA (1824-1897)

voir aussi:  https://www.appl-lachaise.net/appl/article.php3?id_article=6020

® et © Lefaucheux janvier 2018

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1867

Facture d’achat d’un fusil Lefaucheux et un nécessaire de chasse (?) par le Prince d’Aquila

  • Plusieurs détails sont a observer sur cette facture:
  • 1 – le fusil est acheté par le Prince d’Aquila et non, comme en 1866, par la Princesse.
  • 2 – les ateliers à St Etienne on, entre juillet 1866 et décembre 1867, déménagé du 17 Rue de la Badouillière vers la Rue du Chambon.
  • 3 – la présence de la signature de Rieger, employé depuis 1862 par la Maison Lefaucheux mais pas encore associé à Laffiteau.

® et © Lefaucheux janvier 2018

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1871

En septembre 1871, après la mort de sa belle-mère en 1863 et sa femme en 1869, Laffiteau est seul à la tête de la Maison Lefaucheux.

Henri Rieger est depuis 1862 employé dans la maison mais n’est, à cette date pas encore associé.

11_modifié-1

Fusil Laffiteau

® et © Lefaucheux juin 2016

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________

1880

Depuis plusieurs année Henry Rieger est seul gérant mais le 10 mai 1880, devient seul et unique propriètaire de la Maison Lefaucheux au 37, rue Vivienne à Paris après la rachat des derniers parts à Laffiteau.

 

 

Source: La Bibliothèque National de France

® et © Lefaucheux juin 2018

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________