La Maison Jarre

 

Trouver un tampon d’une maison « Fabrique d’Armes » est une chose.
Mettre la main sur celui d’une maison célèbre en est encore une autre….

1

 

Voici celui de :
« Maison Jarre & Cie. »
81, rue Lafayette à Paris

____________________

La Maison Jarre

Claude Jarre est le premier d’au moins 3 générations d’armuriers à Montpellier et à Paris.

Qu’en dit le « Qui est Qui » de Jarlier en page 226 :
– Jarre – Arquebusier en 1810
– Jarre (fils) Joseph, Armurier à Montpellier. Brevet le 22 avril 1840 pour un nouveau genre de fusil … puis armurier à Marseille. Brevet le 23 mai 1846 pour un fusil. Il retourne ensuite à Montpellier. Brevet le 1 Avril 1852 …
Adresse 1 Place du Théâtre (Marseille)
– Jarre Pierre-Joseph , Armurier et Inventeur à Paris …. Plusieurs brevets en 1856-1859-1861-1864-1868…. Et edes exposition de Paris en 1855-1867-1878.
Adresses : 45 Bld St Martin (1855) – 9 Rue Beautreilles (1867)
– Jarre (&Cie) Pierre Joseph et Alphonse Etienne, Armuriers Inventeurs à Paris de 1892 à 1895. Plusieurs brevets en 1873-1882.
Adresses : 38 Rue Bleue, 22 Rue Richer (1882), 28 Place Cadet (1890.
– Jarre G. Armurier breveté à Corbeil-Essonne de 1891 à 1900.
– Jarre & Jarre (Veuve Paulin) Armuriers à Montpellier en 1900 – 1903.

Qu’en dit le Lexique Onomastique de JC Mournetas page 145 :
– Jarre, Arquebusier à Paris. Chef de file d’une lignée d’Arquebusiers parisiens …. Débuts remontent aux années 1800.
– Jarre & Cie, Armurier à Paris au 48 Bld Saint Martin vers 1850.
– Jarre Pierre Joseph, arquebusier à Paris….
– Jarre Pierre Jean et Jarre A. E., fils du précédent, 8 Bd Poissonnière à Paris.

Annotations de l’auteurs :
– Des mélanges et des erreurs …. Tout cela, c’est la même famille, frères et fils. Le début des Jarre c’est bien vers 1800 mais à Montpellier et non pas à Paris. Jarre Joseph, Jarre Pierre Joseph et Pierre Jean c’est la même personne. Jarre & Cie c’est probable Pierre Joseph et son fils, mais pas de 1900-1903, puisque Joseph meurt en 1883…. Jarre G., c’est Adolphe Célestin Gustave, il ne sera pas armurier mais Chapelier, Jarlier le confond avec son frère Etienne André Alphonse Jarre qui lui est bien armurier et Jarre & Jarre c’est Paul Jarre, frère de Pierre Joseph ….

C’est vrai que cela a été compliqué de défaire le sac de nœud puisqu’avec les prénoms composées, abrégées ou mis dans un ordre différent sur certains documents tout cela prête à confusion… mais ci-dessous ; les dates et les faits qui permettront peut-être d’y voir plus clair dans cette grande famille d’armuriers à Montpellier et à Paris.


Histoire des Jarre selon l’auteur :

Claude Jarre – Père, né à Montpellier vers 1780, armurier dans cette ville meurt le 25 février 1851, à cette date son épouse Diane est déjà morte.
En 1805, lors des publications des bans de mariage, le 20 janvier, avec Diane Seyvon, Claude se déclare arquebusier.
Les parents de Claude étaient agriculteurs.
Le couple Claude et Diane ont de multiples enfants :

Jeanne Jarre née le 25 février 1810 à la maison Bonnet, elle se mariera avec Pierre Paul Bernard Waré, tailleur d’habits, originaire de Toulouse.
Elle décède en la ville de Montpellier le 24 mars 1884.

Pierre Joseph Jarre né à Montpellier le 19 Août 1813, dans la maison Bonnet Grande Rue.
Armurier à Montpellier et à Paris
Mort à Paris, 22 rue Richer, le 6 décembre 1883 à 70 ans.
Epoux de Françoise Carles.
Fils de Claude Jarre, armurier à Montpellier et de Diane Seyvon.
Ils auront plusieurs enfants :
– – Claude Jarre, né le 19 décembre 1838, Maison Astier à la Grande Rue de Montpellier. Pierre Joseph se déclare Arquebusier.
Il décède le 10 mars 1845 en la maison Compair, Bd de la Comédie à Montpellier Pierre Joseph se déclare Commis de chemin de fer.
– – Jules Emile Claude, né à Montpellier le 1 octobre 1840, Pierre Joseph se déclare Arquebusier à la naissance.
– – Etienne André Alphonse Jarre, né le 13 juin 1842. Pierre Joseph se déclare armurier. Un des témoins signataire de l’acte de naissance est Cleophas Souchay armurier en cette ville. (Probablement Anselme Cleophas Souchay 1815-1882, armurier à Beaugency.)
En 1872, Etienne est armurier en la ville de Montpellier.
A la mort de son père en 1883, Etienne toujours armurier (toujours vivant en 1906 et armurier).
– – Marie Hortense Jarre, née le 11 janvier 1845 en la maison Carles, faubourg du Courreau.
– – Marie Ernestine Marguerite Jarre, née le 26 janvier 1848 en la maison Saurel, rue Glaize. A cette date Pierre Joseph se déclare de nouveau Armurier.
– – Adolphe Célestin Gustave Jarre, né le 1 mai 1850 en la maison Boude, place St Côme à Montpellier. Un des témoins cités sur l’acte de naissance est l’armurier Adolphe Bernadou à Montpellier. (Charles Adolphe Bernadou, 1828-1884, est armurier au 43 Bd du Jeu de Paume. Pierre Joseph Jarre sera témoin de son mariage le 19 janvier 1853).

Adolphe Célestin Gustave sera chapelier et se mariera, le 25 avril 1882 à Corbeil-Essonnes avec Henriette Davenne.

• Jeanne Joséphine Anastasie Jarre, née le 25 avril 1816 à la maison de Dame veuve Ranchon à la Grande Rue. Elle décède quelques jours plus tard à la même adresse, le 6 mai.

• Marie Louise Jarre, née le 25 Août 1817, à la maison de Dame veuve Ranchon à la Grande Rue. Elle se marie avec Arnaud Louis Paul Gabarrou, tourneur, originaire de Limoux (Aube).

• Adèle Rosalie Jarre, née le 11 avril 1820, à la maison de Dame veuve Ranchon à la Grande Rue, morte le 7 mars 1899 en la ville de Montpellier, au 2 rue des Etuves.

• Etienne André Jarre, né le 27 mai 1824 à Montpellier.
En premières noces, le 20 avril 1847, il se marie avec Honorine Henriette Coudez et se déclare armurier et en secondes noces, le 8 juillet 1871, avec Renée Puech, couturière. Il est toujours armurier en la ville de Montpellier.

• Pierre Paul Jarre ne à Montpellier le 16 Juin 1830, dit Paulin Jarre.
Fils de Claude Jarre, armurier à Montpellier et de Diane Seyvon.
Pierre Paul, marié à Justine Ostay, se déclare armurier en la ville de Montpellier lors de la naissance de sa fille Marie Louise Etiennette le 5 septembre 1867 en la maison Sabatier Bd de l’Observatoire.
Elle décède un an plus tard, le 29 octobre 1868 en la maison Carrière Bd de l’Observatoire.
En 1879, lors de la naissance de Louise Pauline, le 20 févier 1879, il est toujours armurier dans cette ville. ( même après Septembre 1889).

 

Lors du mariage, le 3 septembre 1893, Paul Jarre, né le 16 mars 1860 à la Maison Pech, rue des Etuves (fils de Pierre Paul) avec Julie Marie Jeanne Maynadier, le père et fils se déclarent Armuriers. Pierre Paul meurt le 15 mai 1899, au 7 Boulevard Victor Hugo à Montpellier.
Dans le recensement de 1906, Paul se déclare toujours armurier.

Pierre Joseph Jarre dépose de multiples brevets à Montpellier et à Paris.
Ceux de 1840 à avril 1852 sont déposé à Montpellier, ensuite les autres, à partir de juin 1853, le sont à Paris.
Pierre Joseph serait donc probablement monté à Paris entre les deux.
Sur les brevets de Paris figure plusieurs adresses :
– 1856 : 23 Boulevard de Strasbourg
– 1868 : 33 Boulevard Saint Martin
– 1870 : 45 Rue Saint Sébastien.
– 1883 : 22 Rue Richer


– 1888: 81 rue Lafayette à Paris, cette adresse figure dans l’annonce officiel de succession par N. GREISCH  » successeur de la Maison Jarre & Cie »..

La première société Jarre & Cie est créé en avril 1861, avec comme financier Mr Jules Penon, société située au 74 rue Amelot à Paris. La société sera dissoute sur au jugement du 25 février 863 à la demande de Mr Penon.

Le deuxième société Jarre & Cie voit le jour le 4 juillet 1865.
Jules Penon et Maurice Garnier seront les financier et Pierre Joseph Jarre l’inventeur et fabricant. La société sera située au 74 rue Amelot à Paris.

Source :

Archives d’Etat Civil de Paris et de Montpellier.
Le « Qui et Qui » de Jarlier.
Le « Lexique Onomastique » de JC Mournetas.
Les archives de l’auteur.
Images du net « Un grand merci à eux »

® et © Lefaucheux mai 2020.

Livres publiés par l’Auteur : 
Books published by the Author:

« Eugène Lefaucheux ou l’apothéose de la sage familiale » éditions Crépin Leblond 2013.
https://www.crepin-leblond.fr/divers/750-eugene-lefaucheux-ou-l-apotheose-de-la-saga-familiale-9782703003786.html

« La production des modèles d’Eugène Lefaucheux » éditions Crépin Leblond 2016.
https://www.crepin-leblond.fr/armes-de-poing/602-la-production-des-modeles-d-eugene-lefaucheux-9782703004103.html