Fusil système Fouque

Fusil à canon coulissant selon le Brevet de Mr Fouque:

1 site

Fusil mono-canon coulissant

Longueur totale : 1130 mm

Longueur canon : 740 mm

Longueur détente – crosse : 340mm

Calibre : 16 / 50

9 site

Poinçons et Marquages :

Sur la plaque du dessus dans le quel coulisse le canon il y a un nom :

6 site

  • « Système Fouque »

Selon le « Qui est Qui » de Jarlier page 177:

« Pierre Marie Fouque, Ingénieur Civil, à Ixelles ( Belgique).

Brevet belge le 5 mai 1867 pour la transformation de fusils de guerre en fusils de chasse  »

Pierre Marie Fouque est un Ingénieur Civil Français, ayant dû élire domicile à Ixelles pour pouvoir déposer son brevet en Belgique.

Ce qui explique le brevet Belge et les poinçons de Saint Étienne

Pierre Marie Fouque, Ingénieur Civil, déposa un Brevet le 5/5/1867 en Belgique concernant la transformation des fusils de guerre en fusil de chasse.

Le dessin du brevet correspond exactement au fusil en photo.

Mais les poinçons sont de Saint Etienne, Mr Fouque aurait-il exercé en France ?

8 site

Poinçon de St Etienne valable de 1836 à 1868 ce qui correspond parfaitement à la période de la broche.

32 dans un cercle, marquage contrôleur

J-B. R. correspond à Jean Baptiste Rivolier qui présenta à l’exposition de Saint Etienne de 1868, 2 fusils de Mr Fouque.

118 qui est probablement le numéro de série de l’arme

Sur l’ensemble des pièces le numéro 22

Fusil à canon coulissant avec éjecteur de douille:

5 site

  • En sortant la poignée (soudé au canon) de son logement et en la poussent vers l’avant, la canon ce libère de la culasse permettant le chargement ou déchargement.

10 site

  • En effectuent ce mouvement l’éjecteur vient buter sur le rebord de la plaque qui recouvre le canon. Cette butée provoque une pression sur la broche de la douille et l’éjecte du canon. L’éjecteur est maintenu en place dans un gorge, forment une glissière et un petit ressort probablement surmonté d’une petite bille vient ce placer, en fin de butée dans le trou prévu à cette effet.

11 site

  • La cartouche vient ce loger profondément dans le canon, laissent un « rebord » qui, en ferment le canon, vient ce mettre dans la culasse. Un moyen de diminuer la perte de gaz puisque la culasse est hermétiquement fermé.

4 site

3 site

7 site

  • Enfin d’éviter que le canon s’ouvre, par la puissance du coup de feu, un système de double verrouillage existe :
    • Il faut pousser la poignée du canon dans son logement, afin que la broche ce place sous le chien.
    • Sur le rebord du fût une demi –rond « mâle » vient s’encastrer dans un demi-rond « femelle » situé, sur la pièce forment la glissière de l’éjecteur, sur le canon .
    • Avec le rebord du canon qui rentre dans la culasse, la poignée dans son logement et le «mâle» dans la «femelle», l’ensemble ne présente pas de jeu.

2 site

© et ® Lefaucheux, mai 2016