Fusil Laffiteau

L’Histoire d’un fusil, le LF 269, signé Lefaucheux – Laffiteau

6_modifié-1

Ce fusil, certes en mauvais état, a une histoire traçable puisque certains éléments sont restés en place jusqu’à ce jour.

8_modifié-1

Les canons ont été fabriqués par « Léopold Bernard Canonnier à Paris » en 1869.

9_modifié-1

La bascule et la crosse sont probablement fabriquées sous licence, à St Etienne au 12 rue du Chambron.

10_modifié-1

Les platines sont signées : « E. MATHEVON » et « 269 ».

7_modifié-1

« Les Mathevons sont armuriers-platineurs de père en fils à la Tour-en-Jarez dans les environs de St Etienne. »

11_modifié-1

L’ensemble est monté et ajusté à Paris, dans les ateliers de finition de Mr Laffiteau, au 15 rue St Marc, pour être finalement commercialisé par la Maison Lefaucheux au 37 rue Vivienne, le 16 septembre 1871, au profit de Mr Noether ( ??) pour une somme de 425 francs.

4_modifié-1

Après 1889, cette arme tombe dans les mains de l’Armurier Gabriel Morian et est revendue à Mr Emile Michel, 23 rue de Rome à Paris.

« Gabriel Morian, armurier à Paris de 1880 à 1890, au 36 avenue de l’Opéra.

Suite au rachat de l’atelier de Laine, parti rue de Rivoli.

Breveté pour un fusil à 3 coups.

Médaille d’argent à l’exposition universelle de Paris en 1889 »

2_modifié-1

Qui est Emile Michel ?

Emile Michel est un homme comme vous et moi.

Sa femme donnera naissance à René qui épousera Maud P-V.

Maud à une sœur Geneviève.

Geneviève P-V. épousera en 1926 Jean Lefaucheux, petit-fils d’Eugène Lefaucheux.

A la mort de Maud et de René, durant les années 90, leur fille offre le fusil à mon beau-père ce qui me permet en 2016 d’écrire cette histoire.

5_modifié-1

3_modifié-1

1_modifié-1

© et ® Lefaucheux,  mai 2016