Une comparaison rapide entre un parisien et un liégeois.

Une Comparaison entre un revolver parisien et un revolver liégeois de même modèle, un revolver 12 mm à broche en Triple Action.

1-copie

Le « LF 9633 » de fabrication parisienne en poli blanc.

Le « EL 218148 » de fabrication liégeoise en noir.

2-copie

D’aspect visuel rapide les deux revolvers sont assez semblables :

  • Calibre de 12 mm à broche.
  • Longueur totale de 270 mm.
  • Mécanisme en Triple Action.

Néanmoins l’ajustement des pièces et la finition de l’ensemble est nettement supérieur sur l’arme fabriquée et finie à Paris.

Mais en y regardent de plus prêt on s’aperçoit que ces deux revolvers, par les détails sont bien différents :

  • La longueur totale étant identique, la longueur du canon ne l’est pas :
  • — LF = 136 mm
  • — EL = 131 mm
  • Le poids :
  • — LF = 902 grammes
  • — EL = 960 grammes
  • La tête de chien :
  • — LF = très étroite et effilée, comme l’ensemble de TA parisien.

3-copie

  • — EL = demi ronde, similaire à celui du 1854, ce qui a obligé d’élargir le passage dans le rebord de la culasse.
  • Le barillet : même dimensions pour les deux, mais le LF a des arrêtoirs carré et ceux du EL sont « rectangulaire en pente douce ».
  • La profondeur de la porte de chargement :

6-copie

  • — Pour le LF elle est de 16 mm et qui découvre partiellement le « rochet » du barillet, facilitant le graissage de l’axe.

5-copie

  • — Pour le EL elle est de 13.6 mm et de ce fait ne permet pas le graissage de l’axe.
  • La visserie :

7-copie

  • — Le LF et le EL ont exactement le même nombre de vis, mais ceux du LF sont bien « encastré » en n’accrochent pas, donnent plus de « fluidité » à l’ensemble.

® et © Lefaucheux novembre 2016

Le LF 68, 10 coups, 12 mm en Triple Action

Le revolver 12 mm en TA à 10 coups, le LF 68.

Introduction

Nous connaissons tous le revolver 12 mm en Triple Action à 6 coups, qui est pour ainsi dire commun et « déjà-vu ».

1-copie

Par contre, le 12 mm en TA, mais à 10 coups, est beaucoup moins courant voire rare.

La production de ces 12 mm TA à 10 coups a été faible, probablement moins de 600 pièces.

Les armes de ce calibre et de cette puissance de feu, sur une rangée à canon simple font partie des revolvers situés dans le brevet 55784 du 27 Septembre 1862.

Le 12 mm à 10 coups est une arme typiquement « Civile à vocation militaire » qui n’a  eu aucun succès commercial.

Les dimensions de l’arme sont très proches de celles du 7 mm à 20 coups.

C’est une arme lourde dont le poids à vide, comme nous le verrons ci-dessous, dépasse largement le kilo et chargé, presque 1.3 kilo.

Malgré une puissance de feu largement supérieure à la moyenne des 6 coups, on peut aisément imaginer l’encombrement et le poids à la ceinture d’un soldat ou officier.

La faible production de ces armes peut aussi être due au fait que cette production est relativement tardive par rapport au 6 coups du même calibre et que par conséquent elle s’est retrouvée en concurrence avec le 7 mm à 20 coups qui commencera à sortir des ateliers vers le mois de février – mars 1865.

2-copie

Datation et évolution :

Les revolvers en 12 mm à 10 coups constituent une série bien à part et spécifique.

L’ensemble des numéros relevés sur les armes en 12 mm, TA et en 10 coups,  se situe actuellement entre le « LF68 »  et le « LF582 ».

A priori, selon mes observations, il n’existerait principalement que deux groupes :

  • Un premier groupe avec vis de calotte de crosse apparente et ressort du système TA dans le prolongement arrière du chien, sans déport.
  • Un second groupe où les vis de la crosse ont disparu, puisque remplacées par une fixation par « Mortaise / Tenon » recouverte par les plaquettes.

En tenant compte des observations énumérées ci-dessus, on pourra les dater et/ou les situer dans le temps.

Les premiers revolvers en Triple Action sont apparus en Septembre 1862 ; ils avaient effectivement les vis apparentes au niveau du talon de la crosse, mais aussi le ressort du système triple action déporté sur la droite.

A noter aussi,  le marquage « LF » situé encore sur le tonnerre du côté droit.

Le changement de marquage du numéro « LF » intervient vers le mois de Juillet – Août 1864 sur les revolvers 12 mm à 6 coups.

En observant l’ensemble des  12 mm TA à 10 coups, on peut constater que tous les numéros « LF » sont situés sur le côté gauche dans le prolongement de l’axe central. (sous réserve de vérification)

Il est à noter en plus qu’aucune des armes observées n’a de ressort de Triple Action avec l’extrémité qui fait une découpe visible dans le bras supérieur de la crosse derrière le chien.

Modification déjà opérationnelles sur les 12 mm à 6 coups à partir d’Avril 1864.

Pour finir, la crosse sur le 12 mm à 6 coups ne prend cette forme arrondie, avec la suppression des deux grosse vis au bénéfice de la fixation « Mortaise / Tenon », recouverte par les plaquettes, qu’à partir de Nov. – Déc. 1864.

On peut de ce fait raisonnablement croire que la fabrication du « LF 68 » est à situer vers le mois d’Août 1864.

Poinçons et marquages :

3-copie

Le fameux « LF 68 » surmonté du pistolet suivi de son numéro est situé sur le côté gauche dans le prolongement de l’axe central.

4-copie

Sur le dessus du canon est :

« LEPAGE FRERES A PARIS, 12 RUE D’ENGHIEN ».

Ce qui voudrait dire que cette arme a été commercialisée par leurs soins.

8-copie

Sous le canon, devant l’axe central, en ovale :

«INVon  E. LEFAUCHEUX BREVETE S.G.D.G. (PARIS) ».

Et le chiffre « 2 ».

10-copie

L’ensemble des pièces de l’arme comporte le numéro « 87 :: », qui correspond à son numéro d’assemblage.

Caractéristique de l’arme:

  • Poids à vide: 1130 grammes
  • Longueur totale : 290 mm
  • Longueur canon : 156.7 mm, tonnerre à pans, arrondi sur 32 mm et ensuite rond, à 4 rainures internes.
  • Intérieur du canon :
  • — Entrée : 11.1 mm / 11.4 mm
  • — Sortie : 10.9 mm / 11.2 mm
  • Fixation du canon : Le canon est vissé sur l’axe central et au bâti par 1 vis « encastrée » frontale, au niveau de la console.
  • Fixation du socle à la carcasse :  par 3 vis.
  • Mécanisme : Triple Action.
  • Barillet : 10 coups, 12 mm à broche.
  • — Type : Cannelé
  • — Entrée drageoir : 12 mm
  • — Sortie drageoir : 11mm
  • — Diamètre : 57.8 mm
  • –Longueur: 28.9 mm et 37.6 mm avec le rochet et la partie avant.
  • — Arrêtoirs de blocage : carré de 3.2 mm / 3.4 mm.

7-copie

  • Culasse :
  • –Diamètre : 65 mm
  • — Epaisseur du bord : 7.6 mm
  • — Epaisseur au centre : 16.2 mm
  • — La portière de chargement avec un ressort et lèvre de pincement.
  • Grand ressort : Plat, fixé par une grosse vis à la base du bras inférieur.
  • Ressort TA : Plat, fixé à 1/4 de la hauteur du bras supérieur de la crosse. Se placent droit derrière le chien, le décrochement existe toujours mais n’est pas visible de l’extérieur. Ressort cranté pour pouvoir accrocher les crans du chien.
  • Détente : Fixe sur le corps.

5-copie

  • Corps de détente : Avec ergot sur l’arrière pour repousser vers le haut la « Baïonnette ».
  • Ressort de rappel de détente : En « V » encastré dans la console, devant la détente.
  • Chien : Avec crête, muni de deux crans et chaînette de liaison.
  • Pontet : Rond, fixé par deux vis, celle du devant fixée sur le dessous de l’embase, celle de l’arrière à l’intérieur du bâti.

6-copie

  • Talon : Arrondi sur son ensemble, calotte tenue par 2 vis apparentes. Avec la présence d’anneau de dragonne.
  • Baguette d’éjection : En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.
  • Plaquettes : 2 pièces en bois quadrillé tenues par une grande vis traversant de part en part la crosse.  « Busc »  carré de 11.3 mm de largueur.
  • Arme en poli blanc.

® et © Lefaucheux novembre 2016

Le LF 13796, un rare 12 mm Triple Action en Percussion Centrale.

Le « LF 13796 » :

16

Le « LF 13796»  est un 12 mm TA, mais à percussion centrale acceptant des balles « Perrin ».

1 copie

Avec le « LF 13769 » nous sommes très probablement vers le mois décembre 1868 ou Janvier 1869.

Après le cuisant revers d’Eugène Lefaucheux auprès de la Commission et la préférence pour l’arme de « Louis Perrin » par la Gendarmerie Impériale, il est obligé de réagir pour pouvoir rester dans la course.

La fabrication et la transformation de ce revolver en percussion centrale sont une première réponse.

C’est aussi sa première tentative dans le domaine de la percussion centrale.

L’arme ne change pas radicalement d’aspect visuel et le mécanisme interne reste parfaitement identique.

Les modifications sont situées aux niveaux :

3 copie

  • Du chien, dont on coupe la « tête » et sur lequel on fixe un percuteur conique.
  • Du fait de la perte de la tête de chien, l’arme perd aussi son cran de visée.
  • Un nouveau cran sera fixé sur le dessus du tonnerre.
  • De la culasse, qu’on perce de part en part pour laisser passer le percuteur.

2 copie

  • Du diamètre de la culasse qui diminue principalement du fait que les balles utilisées n’auront plus de « tige  percuteur ».
  • D’un pourtour de barillet sans encoche dont on aura augmenté le diamètre pour pouvoir, après fraisage des drageoirs, accueillir les balles à gros bourrelet.

Marquages et poinçons :

6 copie

Le numéro d’assemblage de cette arme est le « 52 M »

4 copie

Le numéro de l’arme, le  « LF 13796» est placé sur le côté gauche dans le prolongement de l’axe central.

7 copie

Sur le dessus du canon : « E. LEFAUCHEUX BRté S.G.D.G. A PARIS ».

Sur le devant, en-dessous du canon un « 2 »

Au-delà du fait que cette arme soit en PC, la très grande curiosité réside dans l’inscription à l’encre de chine sur la plaquette de droite.

On y retrouve le nom de son propriétaire initial : « Jules Bauret ».

11 copie

Qui est ce « Jules Bauret » ? ; 

« Jules François Joseph Bauret, né le 1 Mars 1847 à Audun la Tiche en Moselle

Lt Colonel, titulaire de la Légion d’Honneur et Officier Superviseur à la Direction de la Manufacture de Châtellerault du 30 Décembre 1896 au 29 Décembre 1902.

Il meurt le 14 Août 1918 à Grez en Bouère en Mayenne. »

Source:  « Extrait du dossier – Légion d’Honneur – de Jules Bauret »

14

Caractéristiques techniques :

  • Poids à vide: 968 grammes
  • Longueur totale :  265 mm
  • Longueur canon : 135 mm, tonnerre à pans, arrondi sur 27 mm et ensuite rond, à 4 rainures internes.
  • Epaisseur du canon : 18.5 mm après le tonnerre et 17.4 mm après le guidon.

Intérieur du canon :

  • Sortie : 10.9 mm / 11.2 mm
  • Entrée : 11.1 mm / 11.4 mm

Fixation du canon : Le canon est vissé sur l’axe central et au bâti par 1 vis « encastrée» frontale, au niveau de la console.

Embase de la cage du barillet :

  • Largeur : 13.2 mm  /15.3 mm
  • Epaisseur : 9.5 mm /  11 mm

Fixation du socle à la carcasse :  par 3 vis.

15

Mécanisme :  Triple Action.

Barillet :

  • 6 coups, 12 mm à percussion centrale.

8 copie

  • Entrée drageoir : 13.3 mm /3.7 mm (bourrelet de la balle Perrin)
  • Sortie drageoir : 11.2 mm
  • Diamètre : 44 mm
  • Longueur: 30.2 mm et 38.7 mm avec le rochet et la partie avant.
  • Arrêtoirs de blocage : triangle de 3 mm / 2.5 mm.

13

Culasse :

  • Diamètre : 47 mm
  • Epaisseur du bord : 8 mm
  • Epaisseur au centre : 17.5 mm

9 copie

  • Trou pour le percuteur : Extérieur culasse de 6 mm, sortie culasse interne de 4 mm avec une inclinaison vers le bas.
  • Portière de chargement avec un ressort et lèvre de pincement.

Grand ressort : Plat, fixé par une grosse vis à la base du bras inférieur.

10 copie

Ressort TA : Plat, fixé à 1/2 de la hauteur du bras supérieur de la crosse. Se placent droit derrière le chien, le décrochement existe toujours mais n’est pas visible de l’extérieur. Ressort cranté pour pouvoir accrocher les crans du chien.

Détente : Fixe sur le corps.

Corps de détente : Avec ergot sur l’arrière pour repousser vers le haut la « Baïonnette ».

Ressort de rappel de détente : En « V » encastré dans la console, devant la détente.

12 copie

Chien :  Avec crête, muni de deux crans et une chaînette de liaison. La tête du chien est coupée au ras du bord de la culasse  et le rajout, sur la tranche inférieure, d’un percuteur de forme conique.

Pontet : Rond, fixé par deux vis, celle du devant fixée sur le dessous de l’embase, celle de l’arrière à l’intérieure du bâti.

Talon : Arrondi sur son ensemble, solidaire au bras supérieur et venant se fixer par « mortaise/ tenon » avec une petite vis sur le bras inférieur, recouverte par les plaquettes. Avec la présence d’anneau de dragonne.

Baguette d’éjection : En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.

Plaquettes : 2 pièces en bois tenues par une grande vis  traversant de part en part la crosse. « Busc »  carré de 11.6 mm de largeur.

Arme en poli blanc.

5 copie

® et © Lefaucheux août 2016

Le LF 14666, un 7 mm en TA

Le « LF14666 » :

 Le revolver « LF14666»  est un des derniers fabriqués, dans les ateliers d’Eugène Lefaucheux, puisque la production des 7 mm en TA s’arrête vers le « LF14760 ».

3 copie

Ce revolver décrit ici est dit de « seconde série », puisqu’il a :

  • Le numéro « LF » situé du côté gauche dans le prolongement de l’axe central.
  • Le ressort du triple action, droit à l’arrière du chien.

Cette arme est différente des autres, à savoir:

  • Que le bois des plaquettes est quadrillé.
  • Que le canon est très court.
  • Que l’arme n’a pas de numéro d’assemblage.
  • Que ce revolver a été commercialisé par « Windisch à Nîmes ».

4 copie

« Louis Windisch » est armurier à Nîmes dans le Gard de 1845 à 1880.

Il exerce son commerce à deux adresses ; au 2 et 6 Place de l’Hôtel de Ville.  

Marquages et poinçons :

2 copie

Le numéro de l’arme, le  « LF14666» est placé sur le côté gauche dans le prolongement de l’axe central et c’est sur cette arme la seule indication qui renvoie vers une fabrication par Eugène Lefaucheux.

Sur le dessus du canon : « Windisch à Nîmes » ce qui permet de dire que l’arme n’a pas été commercialisée par Eugène Lefaucheux.

Sous le canon au niveau de l’axe central un marquage  ressemblant à : « !! ».

9 copie

Sur la petite barre de liaison entre les deux bras constituant la crosse, la lettre « W », probablement une référence à « Windisch ».

Le nom de cet armurier a été observé sur d’autres armes fabriquées par Eugène Lefaucheux.

Caractéristiques techniques :

  • Poids à vide: 416 grammes
  • Longueur totale : 188 mm
  • Longueur canon : 78.8 mm, tonnerre à pans sur 23.2 mm, puis rond, à 4 rainures internes.
  • Epaisseur du canon : 12.9 mm au tonnerre et 12.5 mm après le guidon.

Calibre :

  • Intérieur du canon :
  • Entrée : 7.5 mm / 7.8 mm
  • Sortie : 7.5 mm / 7.8 mm

Fixation du canon :

  • Le canon est vissé sur l’axe central et au bâti par 1 vis frontale, au niveau de la console.

Embase de la cage du barillet :

  • Largeur : 11.2 mm  /15.4 mm
  • Epaisseur : 7.0 mm /  7.9 mm

Fixation du socle à la carcasse :

  • par 3 vis.

8 copie

Mécanisme :

10

  • Triple Action à balancier.

Barillet :

  • 6 coups, 7 mm à broche.
  • Entrée drageoir : 8.1 mm
  • Sortie drageoir : 7.5 mm
  • Diamètre : 31.0 mm
  • Longueur: 26.2 mm et 31.9 mm avec le rochet et la partie avant.
  • Arrêtoirs de blocage : carré 2.5 mm / 2.5 mm.

Culasse :

  • Diamètre : 37.4 mm
  • Epaisseur du bord : 6.6 mm
  • Epaisseur au centre :  11.8 mm
  • La portière de chargement avec un ressort et lèvre de pincement.

Grand ressort :

  • Plat, fixé par une grosse vis à la base du bras inférieur.

7 copie

Ressort TA :

  • Plat, fixé à 1/3 de la hauteur du bras supérieur de la crosse.
  • Se place droit derrière le chien, le décrochement existe toujours mais n’est pas visible de l’extérieur.

6 copie

  • Ressort cranté pour pouvoir accrocher les crans du chien.

Détente :

  • Repliable vers l’avant.

Corps de détente :

5 copie

  • Avec un ergot « imposant » sur le bord droit pour repousser vers le haut la « Baïonnette ».

Ressort de rappel de détente :

  • En « V » encastré dans la console, devant la détente.

Chien :

  • Avec crête et muni de deux crans et chaînette de liaison.

Pontet :

  • Néant.

Talon :

  • Une petite barre reliant les bras de la crosse, fixée par 2 vis.

Baguette d’éjection :

  • En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.

Plaquettes :

  • 2 pièces en bois tenues par une grande vis  traversant de part en part la crosse.
  • Bois des plaquettes quadrillé.

1 copie

Arme en poli blanc.

© et ® Lefaucheux Août 2016

 

Triple action LF 14286 – 7 MM

Revolver Lefaucheux 7 mm en Triple Action le LF 14286 à canon court

1 site

Le modèle de Lefaucheux 7 mm à broche, 6 coups à Triple Action n’est pas très courant de nos jours.

2 site

Celui-ci est fabriqué dans les ateliers Parisien, 196 rue Lafayette

Son brevet, le numéro 55784 a été déposé le 27 Septembre 1862 à Paris.

D’aspect extérieur ce 7 mm TA ne diffère en rien des classiques 7 mm en DA ; même carcasse, même crosse, c’est le petit ergot du côté droit de la détente, l’encoche sur la carcasse à l’arrière du chien, la crête sur le chien et les « picots » sur le barillet qui permettent de l’identifier.

8 site

7 site

Caractéristiques de l’arme :

Poids : 430 grammes (vide)

Longueur totale : 193 mm

Longueur du canon : 84 mm rond

-Tonnerre : 21.5 mm à pans

-Intérieur : 4 rayures droites

Barillet : 7 mm à broche.

–Longueur : 26.4 mm

–Diamètre : 31 mm

Plaquettes en bois de noyer verni avec rosette centrale ovale.

Détente repliable, baguette d’éjection avec un ressort longitudinal intégré.

4 site

6 site

Poinçons et Marquages :

Sur l’ensemble des pièces un 3 N.

Le canon et le tonnerre comportant les marquages classique ; sur le dessus du canon.

« E. LEFAUCHEUX BRté. S.G.D.G. A PARIS »,

5 site

Sous le canon, au niveau de l’axe central le chiffre 2.

Le LF 14286 sur monté d’un pistolet brisé est situé sur le tonnerre gauche, donc une 2ème série (sur les 1ère série le LF est sur le tonnerre droit).

 

3 site

Sur la carcasse il n’y a pas de marquage spécifique.

9 site

© Lefaucheux 2013

Triple action LF 13857 – 9MM

Description du Lefaucheux 9 mm en Triple Action, LF 13587

 

1_modifié-1

Le brevet du Triple Action est déposé par Lefaucheux à Paris le 27 Septembre 1862 sous le numéro 55784 et le 3 Octobre 1862 en Belgique sous le numéro 13277.

Eugène fondait beaucoup d’espoir sur le mécanisme Triple Action.

En premier lieu, le dessin du brevet le prouve, c’était pour les revolvers 7 mm, ensuite le mécanisme à évolué pour être adapté au 12 mm à broche (mais aussi à PC) dans l’espoir de le vendre aux armées, hélas sans grand succès….

Motif : mécanisme compliqué et fragile pour être mis entre les mains de la troupe.

Et ensuite en 9 mm.

Le mécanisme du triple action est le seul qu’on retrouve sur du 7, 9 et 12 mm.

On retrouve le mécanisme Triple Action aussi sur les revolvers 12 mm à 10 coups ainsi que sur les 7 mm « à barillet multi-rangées » à 18, 20 coups mais plus rarement sur le 9 mm à 6 coups comme celui décrit ici.

 

2_modifié-1

Principe du Triple Action :

Le TA est la combinaison entre la SA et la DA et la faculté de passer de l’un à l’autre, d’hésiter et de revenir en arrière…..

Petit rappel:
SIMPLE ACTION:
On tire le chien en arrière avec le pouce.
Une fois ce chien armé, c’est en pressant la détente qu’on fait feu.
Pour faire de nouveau feu, on renouvelle l’opération de l’armement du chien .

DOUBLE ACTION:
C’est qu’on appelle aussi « feu continu », c’est-à-dire qu’on fait feu en pressant la détente et uniquement par la détente.

TRIPLE ACTION:
C’est la combinaison des deux avec la faculté de passer de l’un à l’autre dans le même mouvement et de revenir.

Soit vous armez complètement en arrière en tirant sur le chien, et pressez la détente ….SA
Soit on presse la détente en continu…. DA.
Mais sur le Triple Action, il y a des crans intermédiaires.
Pressez légèrement sur la détente, le chien se lève et se bloque sur un cran.
Ce cran permet 3 choses …..
1 : la rotation libre du barillet pour le « re » ou déchargement.
2 : d’hésiter, c’est-à-dire de viser et de continuer à presser sur la détente. Là deux possibilités:
faire feu en appuyant à fond, soit amener le chien à l’armement (comme en SA, mais en pressant la détente) ; là encore une petit pression et le coup part…..
3 : ou bien d’armer le chien comme en SA, viser et faire feu en pressant la détente.

 

5_modifié-1

Ce même mouvement est possible avec le chien:
1 : en tirant légèrement sur le chien, on bloque au premier cran.
2 : là, trois possibilités: soit on continue en SA, soit on fait feu en appuyant à fond, soit on amène le chien à l’armement (comme en SA, avec la détente), là encore une petit pression et le coup part…..
Donc d’un premier mouvement en SA, on a le moyen de terminer le mouvement en DA ou l’inverse (on commence en DA et on termine en SA).

7_modifié-1

Le mécanisme du TA est aussi appelé « de l’hésitation » :
Le chien est armé, mais on ne veut plus faire feu .
En armant la pièce de détente avec l’ergot, elle se rapproche de la petite tige métallique.
En retenant le chien tout en pressent la détente, l’ergot va pousser sur cette tige.
La tige va libérer le cran, permettant au chien de revenir tranquillement en position de repos…

Pas toujours facile à comprendre et de mécanisme délicat, c’est pour cela probablement que l’armée n’a jamais voulu ce genre d’armes dans les mains de la troupe.

Le LF 13587, modèle 9 mm en Triple Action, tout en rondeur, comme ceux en 12 mm, a perdu ses formes anguleuses du 7 mm.

C’est un modèle réduit du 12 mm, avec néanmoins une petite différence, qui classe l’arme dans la catégorie « d’arme de poche », à savoir :

  • L’absence de pontet, donc une détente repliable comme les 7 mm.

Marquages et Poinçons :

6_modifié-1

L’ensemble des pièces comporte le numéro d’assemblage : A2.

3_modifié-1

Le fameux LF 13587 avec le pistolet brisé sur le tonnerre gauche.

4_modifié-1

Sur le dessus du canon :

« E. Lefaucheux Bte à Paris »

Sous les plaquettes, plusieurs poinçons : un 4, une *, en plus du A2 sur les deux branches.

Caractéristiques techniques :

Arme à vocation purement civile, poli blanc, ciselé de lianes et de feuilles.

Poids de l’arme : 630 grammes

Longueur totale de l’arme : 210 mm

Longueur du canon : 100 mm

Portière de chargement : Côté droit dans la culasse, s’ouvrant vers le haut.

Baguette d’éjection : Amovible, avec ressort longitudinal.

Barillet : 6 coups, 9 mm à broche

Longueur : 26 mm

Diamètre : 36 mm

Culasse : 44 mm

Mécanisme : Triple Action.

Plaquettes : En bois clair vernis.

8_modifié-1

® et © Lefaucheux avril 2016

Triple Action LF 12531 – 12 MM

Revolver Lefaucheux 12 mm en Triple Action numéro LF 12531.

1 copie

Introduction :

Eugène Lefaucheux dépose le brevet de la Triple Action le 27 Septembre 1862 en utilisant comme base un revolver 7 mm.

Très rapidement, le principe de la Triple Action est adapté sur un 12 mm et par la suite, sur les 9 mm.

Ici nous avons à faire à un 12 mm en triple action, le LF 12531.

Arme entièrement nickelée et commercialisé par « Hédeline à Paris, 72 Fbg St Honoré »

4 copie

«  Hédeline est le successeur de Ferrier vers 1868-1870 »( source « le Qui est Qui » de Jarlier)

Poinçons et Marquages

3 copie

Sur le côté gauche dans le prolongement de l’axe central le numéro LF12531.

L’ensemble des pièces comporte le numéro « 88 Y  », qui correspond à son numéro d’assemblage.

5 copie

Sur le dessus du canon, en lettres classiques : « Hédeline à Paris, 72 Fbg St Honoré  ».

Sous le canon, au niveau de l’axe central, le chiffre « 2 » ainsi qu’en ovale

« Invon. E.Lefaucheux breveté S.G.D.G. (Paris) ».

Caractéristiques techniques :

Poids à vide : 946 grammes

Longueur totale de l’arme : 260 mm

Longueur du canon : 129 mm

Epaisseur du canon : 17.9 mm après le tonnerre, 17.1 mm après le guidon.

Canon rond sur l’ensemble, mais un tonnerre plus épais de 19.4 mm sur 28.1 mm de long, avec un guidon surmonté d’un grain d’orge.

  • Intérieur du canon : Rayé de 4 rainures larges, tournant vers la droite.
  • Entrée : 11 mm / 11.3 mm
  • Sortie : 10.7 mm / 11 mm

Fixation du canon : vissé sur l’axe central et maintenu par une vis sur le devant de la sous-garde.

Embase de la cage du barillet :

  • Largeur : 14.6 mm / 15.7 mm
  • Epaisseur : 9.7 mm /11 mm

Fixation du socle à la carcasse : par 3 vis.

Mécanisme : Triple Action.

Barillet : 6 coups, 12 mm à broche

  • Entrée drageoir : 11.9 mm
  • Sortie drageoir : 11.2 mm
  • Diamètre : 42.0 mm
  • Longueur: 30.6 mm et 38.1 mm avec le rochet et l’anneau
  • Arrêtoirs : en triangle 2.7 à 3.4 mm / 2.4 mm
  • Culasse :
  • Diamètre : 49.5 mm
  • Epaisseur du bord : 8.7mm
  • Epaisseur au centre : 17.2 mm

Grand ressort : Plat, fixé par une grosse vis, à la base du bras inférieur et qui vient prendre le chien par l’intermédiaire de la chaînette.

Ressort de la triple action : Situé derrière le chien, baïonnette de liaison entre le ressort et la détente est manquante.

Chien : Classique, tête plate avec une entaille pour prendre la visée.

Base arrière du chien avec 2 crans .

Ressort de rappel de détente : En V, placé dans l’embase devant le corps de la détente.

Pontet : Type rond.

Talon : De forme ovale bombée se terminant avec un anneau.

Baguette d’éjection : En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.

Plaquettes : 2 pièces en bois tenues par une grande vis traversant de part en part la crosse.

2 copie

© et ® Lefaucheux Mars 2015

Le LF 8811 – 9 mm en Triple Action

LF 8811 - 8_modifié-1

Le LF 8811, modèle 9 mm en Triple Action, tout en rondeur, comme ceux en 12 mm, a perdu ses formes anguleuses du 7 mm.

LF 8811 - 9_modifié-1

C’est un modèle réduit du 12 mm, avec néanmoins une petite différence, qui classe l’arme dans la catégorie « d’arme de poche », à savoir :

  • L’absence de pontet, donc une détente repliable comme les 7 mm.

LF 8811_modifié-1

Il semblerait que l’arme puisse aussi être portée à la ceinture puisque la crosse est équipée d’un anneau de dragonne et son étui.

LF 8811 - 2_modifié-1

LF 8811 - 1_modifié-1

Le Lefaucheux 9 mm en TA est un modèle tardif puisque la crosse montre beaucoup de similitude avec les armes situes des brevets de 1864.

Sur les 7 mm et les premiers 12 mm en TA la calotte de la crosse est indépendante.

Ici, cette calotte, est intégré dans le bras supérieur de la crosse et la fixation ce fait à la base de la sous-garde par une vis « cachée » sous les plaquettes.

Marquages et Poinçons :

L’ensemble des pièces comporte le numéro d’assemblage : 5 C

LF 8811 - 3_modifié-1

Le fameux LF 8811 avec le pistolet brisé sur le tonnerre gauche.

Sur le dessus du canon :

« E. Lefaucheux à Paris »

LF 8811 - 4_modifié-1

Sous les plaquettes, plusieurs poinçons : un J, en plus du 5 C sur les deux branches.

Un L au niveau de la fixation droite du bras supérieur de la crosse et la carcasse.

Un 3 sous le canon au niveau de sa fixation sur l’axe central.

LF 8811 - 7_modifié-1

LF 8811 - 5_modifié-1

Caractéristiques techniques :

Arme civile mais peut-être à vocation militaire, bronzé.

Poids de l’arme : 630 grammes

Longueur totale de l’arme : 210 mm

Longueur du canon : 100 mm

LF 8811 - 10_modifié-1

Portière de chargement : Côté droit dans la culasse, s’ouvrant vers le haut.

Baguette d’éjection : Amovible, avec ressort longitudinal.

Barillet : 6 coups, 9 mm à broche

Longueur : 26 mm

Diamètre : 36 mm

Culasse : 44 mm

Mécanisme : Triple Action.

LF 8811 - 6_modifié-1

Plaquettes : En bois clair vernis.

® et © Lefaucheux Octobre 2013

Triple Action LF 6257 – 12 MM

Revolver Lefaucheux 12 mm en Triple Action numéro LF 6257.

1 copie

Introduction :

Eugène Lefaucheux dépose le brevet de la Triple Action le 27 Septembre 1862 en utilisant comme base un revolver 7 mm.

Très rapidement, le principe de la Triple Action est adapté sur un 12 mm et par la suite, sur les 9 mm.

Ici nous avons à faire à un 12 mm en triple action, le LF 6257.

L’arme est issue des ateliers d’Eugène Lefaucheux mais semble être commercialisée par Lefaucheux-Laffiteau son beau-frère puisque l’inscription sur le canon est :

« Lefaucheux à Paris »

7 copie

Poinçons et Marquages

Sur le côté gauche dans le prolongement de l’axe central le numéro « LF 6257 ».

5 copie

L’ensemble des pièces comporte le numéro « 14 : P », qui correspond à son numéro d’assemblage.

9 copie

Sur le dessus du canon, en lettres gothiques : « Lefaucheux à Paris».

6 copie

Sur le dessus du tonnerre, 2 lettres qui semble être « F-V », très probablement les initiales du premier propriétaire

Sous le canon, au niveau de l’axe central, le chiffre « 2 ».

Sous les plaquettes, outre le numéro d’assemble, les lettres « FS », dont j’ignore la signification.

Caractéristiques techniques :

Poids à vide : 940 grammes

Longueur totale de l’arme : 264 mm

Longueur du canon : 134 mm

Epaisseur du canon : 18.2 mm après le tonnerre, 17.7 mm après le guidon.

Canon rond sur l’ensemble, mais un tonnerre plus épais de 19.4 mm sur 26.4 mm de long, avec un guidon surmonté d’un grain d’orge.

  • Intérieur du canon : Rayé de 4 rainures larges, tournant vers la droite.
  • Entrée : 10.9 mm / 11.2 mm
  • Sortie : 10.5 mm / 10.8 mm

Fixation du canon : vissé sur l’axe central et maintenu par une vis sur le devant de la sous-garde.

Embase de la cage du barillet :

  • Largeur : 14.3 mm / 15.2 mm
  • Epaisseur : 9.6 mm /10.8 mm

Fixation du socle à la carcasse : par 3 vis.

Mécanisme : Triple Action.

Barillet : 6 coups, 12 mm à broche

  • Entrée drageoir : 12.0 mm
  • Sortie drageoir : 11.3 mm
  • Diamètre : 42.2 mm
  • Longueur : 30.2 mm et 38.9 mm avec le rochet et l’anneau
  • Arrêtoirs : en carré 2.7 x 2.8 mm
  • Culasse :
  • Diamètre : 49.1 mm
  • Epaisseur du bord : 7.8 mm
  • Epaisseur au centre : 17.4 mm

Grand ressort : Plat, fixé par une grosse vis, à la base du bras inférieur et qui vient prendre le chien par l’intermédiaire de la chaînette.

3 copie

8 copie

Ressort de la triple action : Situé derrière le chien, baïonnette de liaison entre le ressort.

Chien : Classique, tête plate avec une entaille pour prendre la visée.

Base arrière du chien avec 2 crans.

Ressort de rappel de détente : En V, placé dans l’embase devant le corps de la détente.

Pontet : Type rond.

2 copie

Talon : De forme ovale bombée se terminant avec un anneau, les deux vis apparentes.

Baguette d’éjection : En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.

Plaquettes : 2 pièces en bois tenues par une grande vis traversant de part en part la crosse.

4 copie

Arme entièrement polie blanc.

© et ® Lefaucheux Novembre 2015

Le LF 2959 en Triple Action, à canon octogonal en 12 MM

Revolver Lefaucheux 12 mm en Triple Action numéro LF 2959.

2959 - 1 copie

Introduction :

Eugène Lefaucheux dépose le brevet de la Triple Action le 27 Septembre 1862 en utilisant comme base un revolver 7 mm.

Très rapidement, le principe de la Triple Action est adapté sur un 12 mm et par la suite, sur les 9 mm.

Ici nous avons à faire à un 12 mm en triple action, le LF 2959.

La rareté de se revolver réside dans le fait de posséder un canon octogonal.

Arme probablement fabriqué en Mars ou Avril 1864. (Soit le 19 mars, soit le 20 avril, selon la théorie : une lettre = un jour)

Poinçons et Marquages

2959 - 2 copie

Du côté droit sur le tonnerre du canon, le numéro LF2959.

L’ensemble des pièces comporte le numéro « 54 Q  », qui correspond à son numéro d’assemblage.

2959 - 8 copie

Sur le dessus du canon, en lettres classiques : « E. Lefaucheux BRté S.G.D.G. à Paris».

Sous le canon, au niveau de l’axe central, le chiffre « 2 » ainsi qu’en ovale

« Invon. E.Lefaucheux breveté S.G.D.G. (Paris) ».

2959 - 6 copie

Sur le bras inférieur de la crosse plusieurs lettres : X – J – C

Caractéristiques techniques :

Poids à vide : 950 grammes

Longueur totale de l’arme : 270 mm

Longueur du canon : 134 mm

Epaisseur du canon : 18.9 mm après le tonnerre, 17.6 mm après le guidon.

Canon octogonal sur l’ensemble, avec un guidon surmonté d’un grain d’orge.

  • Intérieur du canon : Rayé de 4 rainures larges, tournant vers la droite.
  • Entrée : 10.8 mm / 11.1 mm
  • Sortie : 10.9 mm / 11.2 mm

Fixation du canon : vissé sur l’axe central et maintenu par une vis sur le devant de la sous-garde.

Embase de la cage du barillet :

  • Largeur : 14.1 mm / 14.7 mm
  • Epaisseur : 9.1 mm /10.4 mm

Fixation du socle à la carcasse : par 3 vis.

Mécanisme : Triple Action.

Barillet : 6 coups, 12 mm à broche

  • Entrée drageoir : 12.1 mm
  • Sortie drageoir : 11.6 mm
  • Diamètre : 42.2 mm
  • Longueur: 30.5 mm et 38.2 mm avec le rochet et l’anneau
  • Arrêtoirs : au rectangle 3.2 à 3.8 mm / 2.8 mm
  • Culasse : classique rond bombée
  • Diamètre : 48.7 mm
  • Epaisseur du bord : 8.2mm
  • Epaisseur au centre : 18.3 mm

2959 - 4 copie

Grand ressort : Plat, fixé par une grosse vis, à la base du bras inférieur et qui vient prendre le chien par l’intermédiaire de la chaînette.

2959 - 7 copie

2959 - 5 copie

Ressort de la triple action : Situé derrière le chien, baïonnette de liaison entre le ressort et la détente.

Chien : Classique, tête plate avec une entaille pour prendre la visée.

Base arrière du chien avec 2 crans.

Ressort de rappel de détente : En V, placé dans l’embase devant le corps de la détente.

Pontet : Type rond.

Talon : De forme ovale bombée, fixée par 2 vis apparentes sur les bras de la crosse, avec un anneau.

Baguette d’éjection : En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.

Plaquettes : 2 pièces en bois finement quadrillées, tenues par une grande vis traversant de part en part la crosse.

2959 - 3 copie

© et ® Lefaucheux Octobre 2015