Un fusil de chasse Laffiteau

Fusil juxtaposé à broche signé Lefaucheux – Laffiteau

Pour la petite histoire :

A l’occasion du mariage de Constance Lefaucheux (sœur aînée d’Eugène) avec Jean Pierre Alexis Laffiteau le 7 février 1859 que Madame Casimir veuve prend une semi-retraite à Saint Maur (maison de famille des Faivre) mais toute en gardant néanmoins la « direction des opérations » au 37.

Jean Pierre Laffiteau est désigné comme « le voisin » de la Rue Vivienne. ( Il sera aussi témoin lors du mariage d’Eugène Lefaucheux et Marie Louise Bigot le 28 avril 1862)

C’est le moment pour Eugène de déménager ses ateliers et de s’installer comme « fabricant d’armes » Rue Lafayette 104 ( re-numéroté par la suite 194 – 196)

Ce déménagement va créer deux maisons Lefaucheux :

  • La société « Eugène Lefaucheux et Cie », Rue Lafayette à Paris qui signera ses armes « E. Lefaucheux ».
  • La boutique d’armurier – arquebusier Lefaucheux, 37 Rue Vivienne à Paris qui signera « Lefaucheux ».

Constance Lefaucheux- Laffiteau hérite à la mort de sa mère en 1863 de la Maison Lefaucheux père avec le droit exclusif de se servir du nom Lefaucheux sans initiale ni prénom et l’utilisation du sigle LF.

L’affaire du 37 Rue Vivienne est estimée lors du partage de l’héritage à 140.000 frs.

Le 29 novembre 1865 Laffiteau dépose au greffe du tribunal de commerce de Paris deux poinçons de fabrique :

      1. Pour les fusils fabriqués à Paris, la dite marque est composée d’un cartouche sur lequel est présenté un pistolet avec les initiales LF et du mot Lefaucheux.
      2. Pour les fusils fabriqués à St Etienne, la dite marque représente deux palmes croisées avec le mot Lefaucheux.

SOURCE: La BNF 

Constance est gravement malade et meurt à la suite des complications consécutives à la tentation de mise à sac du magasin au 37 rue Vivienne en Juillet 1869.

N’ayant pas d’enfants, Laffiteau hérite seul de sa femme et poursuit l’affaire.

Henri Rieger présent chez Lefaucheux depuis 1862 s’associe avec Laffiteau en 1871 pour prendre la suite en tant que « Maison Lefaucheux successeur Rieger en 1876 et qui passe à la mort de ce dernier entre les mains de C.Modé en  Avril 1913.

Le fusil de chasse Lefaucheux-Laffiteau, le LF 6633.

Fusil classique à canon juxtaposé avec une clé en T dite « Lefaucheux » sur le  pontet .

En mettant les chien en position armement, et en poussent la grand clé vers la droite, les canons bascule.

En poussent la petite clé vers la gauche, les canons ce désolidarisent de la bascule.

Caractéristiques : 

  • Longueur totale de l’arme : 1160 mm
  • Distance entre 1ère détente et plaque de couche : 352 mm
  • Longueur canons : 760 mm
  • Canon damas, calibre 16 à broche
  • Crosse en bois de noyer, type anglaise avec plaque de couche.

  • Platines à deux piliers, dits « en arrière ».

  • Fermeture à clé sur le pontet, dite « Lefaucheux »
  • Pontet à volute.
  • Platine et clé profondément gravé de feuilles, lys et autres formes rectangulaires.

Marquages et poinçons

A l’extérieur de l’arme :

  • Un seul numéro est visible, au niveau des deux attaches de bretelle (canon et crosse) : 1657.
  • Une fois le fusil ouvert et démonté plusieurs marquages et poinçons deviennent visible :
  • L’ensemble des pièces comporte le numéro 258.

  • Sur la bascule : 2 palmes croisée suivie de « Lefaucheux » 258, marquage identique déposé par Laffiteau le 29 novembre 1865 à Paris pour les armes fabriqué à Saint Etienne.

Sous les canons :

  • Plusieurs marquages et poinçons dont certains me sont inconnus pour le moment :

  • Poinçon de la ville de St Etienne valable de 1836 à Avril 1868, ce qui permet de situer la fabrication entre le 29 Novembre 1865 et Avril 1868.

  • Le logo LF surmontée d’un pistolet brisé, dans un carré aux bords arrondi avec son numéro 6639, marquage initialement de Casimir Lefaucheux, en gérance par Laffiteau depuis 1859 et reçu en héritage par Constance à la mort de sa mère en 1863.
  • E.B. dans un ovale , marquage pour le moment inconnu.
  • 34 dans un ovale, probablement le poinçon d’un contrôleur.
  • Dans un ovale : V.F couronnée, avec une étoile sous les lettres, pouvant éventuellement être attribué à Veyron Frères. (sous réserve )
  • Un R en creux au-dessus du marquage VF

® et © Lefaucheux.

Un revolver Lefaucheux d’officier Suédois.

Le « LF 60547 » un revolver d’officier Suédois.

Comme la Norvège, la Suède, fût cliente chez Eugène Lefaucheux.  Elle cherchait une arme simple d’utilisation, maniable et résistante aux conditions climatique de leur pays. L’utilisation des cartouches métallique à broche Lefaucheux répondaient parfaitement à cette attente.

En 1872, Eugène Lefaucheux a obtenu, comme fournisseur du gouvernement de Suède, la croix de Chevalier de la Wasa.

Plusieurs commandes ont été passées durant la période 1861-1868 a savoirs:

  • en Décembre 186, très probablement pour des essais (?).
  • en Juillet 1862, situé entre le « LF 562xx » et le « LF 614xx » (entrecoupée par la production pour l’armée Italienne et autre commandes). Le « LF 60547 », qui sera détaillé ci-dessous fait partie du lot fabriqué durant la période de Juillet 1862.
  • Une nouvelle commande de 1065 revolvers sera mise en production durant le 2ème semestre de 1863, située entre le « LF 784xx » et le « LF801xx ».
  • Un reliquat de commande en Février 1864, située entre le «  LF 803xx » et le « LF 805xx »
  • On retrouvera aussi quelques achats sporadiques en 1866 et 1867 en « version type M/ 1863 », situé entre le « LF 1122xx » et le « LF 1134xx ».

Les armes achetées par l’armée Suédoise seront connu sous la dénomination de « M/1863 ».

Au total, la Suède achètera environ 2000 revolvers dans les ateliers d’Eugène Lefaucheux.

Le « LF 60547 » :

Le revolver acheté par la Suède est facilement identifiable par la présence des 3 couronnes sur le tonnerre droit du canon.

Une partie des armes a été acheté pour le service de l’armée, l’autre partie pour être vendue à titre privée aux officiers. Ceux affectées au service de l’armée sont pourvu d’un numéro d’affectation.

Le « LF 60547» serait donc une arme réglementaire Suédoise acheté par un officier à titre privée.

Marquages et poinçons :

Sur l’embase de droite, on retrouve le « LF 60547 » surmonté de son pistolet brisé, suivie d’un rond avec un « X », marquage utilisé lorsque l’arme était sortie des effectifs de l’armée.

Les 3 couronnes disposées en triangle sur le tonnerre droit, confirment bien que l’arme est bien approuvée par l’armée Suédoise.

Sur le dessus du canon : « E.Lefaucheux BRté. sgdg à Paris ».

Sur l’embase gauche, écrit en ovale : « INVon.E. Lefaucheux breveté sgdg (Paris) »

Le numéro d’assemblage est le « 78 H », certaines pièces comportent aussi un « S ».

Caractéristiques techniques :

  • Poids à vide: 1100 grammes
  • Longueur totale de l’arme : 310 mm
  • Longueur du canon : 156 mm, rayé de 4 rainures larges, tournant vers la droite.
  • Mécanisme : Simple Action uniquement.
  • Barillet : 6 coups, 12 mm à broche

  • Talon : De forme ovale « plat » se terminant avec un anneau. Calotte indépendante des bras de la crosse, se fixant par 2 vis.
  • (Seules les armes Norvégiennes et Suédoises ont cette particularité).

Lire l’article sur le M 1863/79 à percussion centrale:

http://s144812367.onlinehome.fr/revolver-lefaucheux-de-lartillerie-suedoise

Revolver Lefaucheux de l’Artillerie Suédoise.

© et ® Lefaucheux Avril 2018

 

___________________________________________________________

Revolver Lefaucheux de l’Artillerie Suédoise.

Le « LF 59091 » et les commandes Suédoises.

 

La Suède, fût elle aussi, cliente chez Eugène Lefaucheux.

L’armée Suédoise recherchait un revolver fiable fonctionnant par tous les temps, surtout durant les longs et rigoureux hivers nordiques.

Les cartouches métalliques qu’employaient les revolvers Lefaucheux répondaient parfaitement à cette attente.

En 1872, Eugène Lefaucheux a obtenu, comme fournisseur du gouvernement de Suède, la croix de Chevalier de la Wasa.

Plusieurs commandes ont été passées durant la période 1861-1868 a savoirs:

  • en Décembre 1861, très probablement pour des essais (?).
  • en Juillet 1862, situé entre le « LF 562xx » et le « LF 614xx » (entrecoupée par la production d’une série pour l’armée Italienne et autres). Le « LF 59091 », qui sera détaillé ci-dessous fait partie du lot fabriqué durant la période de Juillet 1862.

  • Une nouvelle commande de 1065 revolvers sera mise en production durant le 2ème semestre de 1863, située entre le « LF 784xx » et le « LF801xx ».
  • Un reliquat de commande en Février 1864, située entre le «  LF 803xx » et le « LF 805xx »
  • On retrouvera aussi quelques achats sporadiques en 1866 et 1867 en « version type M/ 1863 », situé entre le « LF 1122xx » et le « LF 1134xx ».

L’ensemble des armes Lefaucheux de l’Armée Suédoise sera connu sous la dénomination de « M/1863 ».

Un certain nombre de ces revolvers sera transformé en percussion centrale en 1879, principalement ceux de l’Artillerie.

Ces armes prendront la dénomination de « M1863/79 ».

Le revolver « LF 59091 » à subit cette modification.

La transformation sera d’une simplicité enfantine et se fera au moindre coût:

  • La tête de chien sera supprimée.

  • La culasse sera percée pour laisser passer le percuteur rajouté sur la face interne du chien, de manière à venir frapper la cartouche en son centre.

  • L’entrée des drageoirs du barillet sera légèrement fraisée pour accueillir le bourrelet des balles en 12 mm PC .

  • Les encoches, recevant les ergots des balles, sont laissées apparentes et serviront de « témoin de chargement ».

Au total, la Suède achètera environ 2000 revolvers dans les ateliers d’Eugène Lefaucheux.

Le « LF 59091 » :

 L’ensemble des armes acheté par la Suède sont facilement identifiable par la présence des 3 couronnes sur le tonnerre droit du canon.

Une partie des armes a été acheté pour le service de l’armée, l’autre partie pour être vendue à titre privée aux officiers. Ceux affectées au service de l’armée sont pourvu d’un numéro d’affectation.

Le « LF 59091» serait donc une arme réglementaire Suédoise destinée à l’Artillerie puisqu’elle a été modifiée à la percussion centrale et comporte son numéro d’affectation.

Marquages et poinçons :

  • Sur l’embase de droite, on retrouve le « LF 59091 » surmonté de son pistolet brisé.

  • Toujours sur le côté droit, mais au niveau de la portière de chargement, le numéro d’affectation «T.3 N° 69» barré.
  • Les 3 couronnes disposées en triangle sur le tonnerre droit, confirment bien que l’arme est bien approuvée par l’armée Suédoise.

  • Sur le dessus du canon : « E.Lefaucheux BRté. sgdg à Paris ».

  • Sur l’embase gauche, écrit en ovale : « INVn.E. Lefaucheux breveté sgdg (Paris) »

  • Le numéro d’assemblage est le « 54E », certaines pièces comportent aussi un « S ».

Caractéristiques techniques :

  • Poids à vide: 1080 grammes
  • Longueur totale de l’arme : 310 mm
  • Longueur du canon : 156 mm, rayé de 4 rainures larges, tournant vers la droite.
  • Mécanisme : Simple Action uniquement.
  • Barillet : 6 coups, 12 mm à broche

  • Culasse : Percée pour le passage de la pointe du percuteur.

  • Chien :  A tête coupée avec un petit « V » pour prendre la visée.
  • Talon :  De forme ovale « plat » se terminant avec un anneau. Calotte indépendante des bras de la crosse, se fixant par 2 vis. (Seules les armes
  • Norvégiennes et Suédoises ont cette particularité).

Lire l’article sur le LF 60547 transformé pour Officier:

http://s144812367.onlinehome.fr/un-revolver-lefaucheux-dofficier-suedois

Un revolver Lefaucheux d’officier Suédois.

© et ® Lefaucheux Avril 2018

Un fusil de chasse signé Eugène Lefaucheux

Un fusil de chasse signé par Eugène Lefaucheux, le LF 622.

Introduction et datation :

Les fusils ordinaire de chasse d’Eugène sont pour le moment inclassable dans les séries déterminées par le livre « La production des modèles d’Eugène Lefaucheux », édition Crépin-Leblond 2016.

A cet effet j’avais créé un groupe « Production des fusils exclusivement », page 23, un sorte de fourre-tout ….. et pour le moment je range le LF 622 en calibre 16 dans cette catégorie.

C’est d’ailleurs, comme je le disais ci-dessus: « un fusil de chasse ordinaire » dont le brevet est depuis longtemps tombé dans le domaine public.

La fabrication de l’arme est belge comme le banc d’épreuve le confirme, le « ELG » dans son ovale nous indique que l’arme est d’avant juillet 1893.

La lettre « M » surmonté d’une couronne, poinçon du contrôleur, nous indique que l’arme est d’avant janvier 1877.

Sur la bande centrale est inscrit: « E. Lefaucheux 32 rue N.D. des Victoires ».

C’est à partir du 15 juin 1875 qu’il signe le bail de location avec Jules Gévelot et va exercer à cette adresse.

Qu’à partir du 15 Novembre 1881 la « Maison E. Lefaucheux » change de propriétaire.

Avec les constations ci-dessus nous pouvons donc dire :

  • Que ce fusil a été fabriqué en Belgique entre juin 1875 et janvier 1877.
  • Que l’arme a été assemblée et commercialisée par Eugène Lefaucheux au, 32 rue Notre Dame des Victoires après le 15 juin 1875, mais avant le 15 Novembre 1881.

Fonctionnement :

Le fonctionnement de ce fusil est semblable à tous les autres armes du même genre :

Pour ouvrir les canons  il faut mettre les chiens au premier cran et tirer la grande clé vers la droite pour faire basculer les canons vers l’avant afin de pouvoir introduire les 2 cartouches à broche, pour les extraire on procède de la même manière.

Une fois les cartouches mise en place, on ferme les canons, on remet la clé en place sous les canons et on tire les chiens à l’armer, c’est à dire au deuxième cran.

En appuyant sur les détentes vous pouvez faire feu.

Pour désolidariser les canons de la bascule on procède de la même manière que pour l’ouverture des canons mais en tirant la petit clé, situé au-dessus de la grande, vers la gauche, l’ensemble forme alors un « T ».

L’ouverture de cette petite clé permet d’ôter les canons de la bascule.

Caractéristiques techniques : 

  • Poids de l’arme : 2855 grammes
  • Longueur totale : 1155 mm
  • Longueur des canons: 745 mm damassé
  • Calibre : 16/60 lisse.
  • Longueur de la première détente à la plaque de couche : 370 mm

  • Platines à deux paliers en arrière entaillées dans le bois de la crosse.
  • Crosse en bois clair, dite « à l’anglaise ».
  • Bascule à « T », système Lefaucheux.
  • Pontet à volute.

Marquages et poinçons

De multiples poinçons et marquages sont présents sur l’arme, dont j’ignore, pour certains, la signification:

  • Sur la bascule sous le grande clé : « 1952 » qui est le numéro d’assemblage canon / bascule.
  • Sur la dessus de la bascule : le Perron belge et la lettre « M » couronnée.
  • Sur l’axe central de la grande clé un « D »
  • Intérieure de la platine gauche; un « B » couronné.

  • Intérieure des deux platines, sur la face interne des chiens « 487 A »
  • Sur la bande du dessus du canon : « E. Lefaucheux 32 rue N.D des Victoires Paris »

  • Sur le dessous du canon, sur la partie centrale: « LF  622»
  • Sur le canon gauche : le « M » couronné, le perron, le « EL » entrelacé et le poinçon du banc d’épreuve « ELG ».
  • Sur le canon droit : 17.2, ce qui correspondrait à un calibre 16.

  • Sur la bande centrale du dessous : « ADF » suivie de « 1952 » et de « 15967 cc ».

  • Des gravures de lianes sur les platines et la bascule.

® et © Lefaucheux Avril 2018.

Le LF 3940 une variante dans les TA.

Revolver Lefaucheux 12 mm en Triple Action numéro LF 3940.

Introduction :

Eugène Lefaucheux dépose le brevet de la Triple Action le 27 Septembre 1862 en utilisant comme base un revolver 7 mm.

Très rapidement, le principe de la Triple Action est adapté sur un 12 mm et par la suite, sur les 9 mm.

Ici nous avons à faire à un 12 mm en triple action, le LF 3940, qui a la particularité par rapport à la plupart des 12 mm en TA c.à.d. d’avoir les deux flans du tonnerre plat au lieu d’être entièrement arrondie.

L’arme est issue des ateliers d’Eugène Lefaucheux qui selon son numéro LF aurait été fabriqué quelque temps après ceux de la commande Norvégienne, vers Juillet 1864.

Poinçons et Marquages

Sur le côté gauche dans le prolongement de l’axe central le numéro « LF 3940 ».

L’ensemble des pièces comporte le numéro « 15.U », qui correspond à son numéro d’assemblage.

Sur le dessus du canon, en lettres typographique : « E. Lefaucheux Brté. S.G.D.G à Paris».

Sous le canon, au niveau de l’axe central un « 1 » et en ovale «  Inv. E. Lefaucheux breveté Paris ».

Caractéristiques techniques :

  • Poids à vide : 952 grammes
  • Longueur totale de l’arme : 264 mm
  • Longueur du canon : 134 mm
  • Épaisseur du canon :  19.4 mm sur les plats du tonnerre, 18.4 juste après le tonnerre, 18.1 mm après le guidon.
  • Fixation du canon : vissé sur l’axe central et maintenu par une vis sur le devant de la sous-garde.
  • Fixation du socle à la carcasse : par 3 vis.
  • Mécanisme : Triple Action.
  • Barillet: 6 coups, 12 mm à broche
  • — Entrée drageoir : 12.1 mm
  • — Sortie drageoir : 11.2 mm
  • — Diamètre : 42.2 mm
  • — Longueur : 30.2 mm

  • Chien : Classique, avec une entaille pour prendre la visée
  • — Base arrière du chien avec 2 crans.
  • Pontet : Type rond.

  • Talon : De forme ovale bombée se terminant avec un anneau, les deux vis apparentes.
  • Baguette d’éjection : En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.
  • Plaquettes : 2 pièces en bois tenues par une grande vis .
  • Arme bronzé.

© et ® Lefaucheux Décembre 2017

Le LF 2478, un presque 1870 de Marine réglementaire.

Le LF 2478, un des multiples variantes des Lefaucheux 1870 ;

Les revolvers 1870 de marine ou pas marine d’ailleurs ont fortement participé à créer l’aura de fascination  qui entoure le nom « Lefaucheux ».

Les « 1870 de Marine » ou simplement « Modèle 1870 Civil » sont relativement facile à identifier :

Le « 70 de Marine » :

  • Baguette avec canal de guide.

  • LF sur le côté droit dans le prolongement de l’axe central.
  • Guidon à 4 faces « carrée ».
  • Ancre au talon, avec éventuellement son numéro de bord.
  • Crosse modifiée.
  • « Lefaucheux bté S.G.D.G. Paris » sur la bride entre canon et culasse.
  • « E. Lefaucheux INvr. Breveté » sous la plaquette gauche.

Le « 70 civil »

  • Pas de guide à la baguette
  • LF sur le côté droit dans le coin haut dans le prolongement de la bride.
  • Guidon ordinaire en triangle plat avec un grain d’orge sur le dessus.
  • Pas d’ancre de marine, pas de numéro de bord
  • Crosse non modifiée.
  • Marquage Lefaucheux sur le dessus du canon.
  • Pas de marquage « Lefaucheux » sous la plaquette gauche.

Si Eugène Lefaucheux s’était limité à cela dans sa fabrication il aurait été facile de faire une analyse des 9000 revolvers (environs) produit durant les années 1872 et 1873, les tout derniers sortiront des ateliers en 1875.

Heureusement cela n’a pas été le cas, au grand plaisir des collectionneurs, puisque l’ensemble de variantes imaginable semblent exister.

Le LF 2478 peut de ce fait être daté et selon les renseignements recueillis dans les archives même d’Eugène Lefaucheux et ceux de Gérard Lautissier il serait sorti des ateliers du 194, rue Lafayette à Paris durant le mois d’Avril 1872.

Le LF 2478 fait partie de ses variantes.

Dans le livre « Les revolvers militaires français » d’Henri Vuillemin à la page 90 on retrouve exactement le même type de modèle que le LF 2478, le LF 6554.

HV écrit :

« Lefaucheux 1870 variante Officier ».

« Ce type d’arme a toutes les caractéristiques des modèles livrés par Lefaucheux à la Marine Française, guidon, canal de baguette, marquage sur la carcasse, numéro matricule au centre de la face gauche de la cage de barillet etc. ».

« Seule différence notable, on constate l’absence du redan dans le prolongement du pontet que l’on retrouve sur tout les autres modèles y compris les civils ».

«  La finition et le choix du bois des crosses sont souvent de qualité supérieure ».

Le LF 2478 a effectivement tout pour être réglementaire; le canal de guide pour la baguette, le guidon réglementaire, le numéro LF dans le prolongement de l’axe central, choix du bois supérieur, sauf qu’il lui manque le prolongement du pontet, l’ancre sur la calotte, l’inscription réglementaire sur la bride et son numéro de bord (ce dernier n’est pas toujours présent, même sur un réglementaire).

Marquages et poinçons

  • Le LF 2478 est bien situé à l’emplacement réglementaire a savoir sur le côté gauche dans le prolongement de l’axe central de l’arme.

  • L’ensemble des pièces comportent le numéro d’assemblage « 11Q »
  • Sur le bride faisant la cage entre la culasse et le canon il y à l’inscription « E. Lefaucheux Bté à Paris » en lettres cursives et non en lettres « typographique » comme sur les réglementaires.

  • Une sorte « Croix de Malte » dont j’ignore la signification ce trouve à deux endroits ; sur le devant de l’embase, juste au-dessus de la vis de fixation avant du pontet, ainsi sous la plaquette gauche près du bord haut.
  • Sur cette même face gauche plusieurs lettres ou signe sont visible : « F », « Y », « V » et « C » dont j’ignore les significations.

  • Sur la plaquette gauche, sur la face extérieure, juste en-dessous de la rosette du bas un marquage qui ressemble a une « Libellule », qui serait, selon certaines sources, un marquage déposé le 12 décembre 1891 par: « John Moreton & Cie. » à Wolverhampton.
  • Sur la tranche de la portière de chargement un « 0 »

Poids et dimensions :

  • Poids de l’arme : 950 grammes.
  • Longueur totale de l’arme : 241 mm.
  • Longueur du canon : 120 mm.
  • Calibre : 11,1 mm à 6 coups en percussion centrale.

  • Mécanisme en simple et double action.
  • Plaquettes en bois clair vernis
  • L’ensemble en poli blanc

® et © Lefaucheux, Novembre 2017

Le plus petit Lefaucheux du monde

Le plus petit Lefaucheux au monde.

Ce que vous voyez la, est probablement une pièce exceptionnelle, rare et unique.

C’est un revolver Lefaucheux tirant du 2 mm à broche.

Cette arme doit être considérée comme un objet-bijou, elle a été fabriquée sur une base de fameux 7 mm en double action uniquement.

Les plaquettes de la crosse sont en plaqué or, carcasse et barillet en argent.

L’ensemble de l’objet-bijou est ciselé des feuilles, des fleurs et de torsades.

Le barillet  comporte 6 coups à broche d’un calibre de 2 mm.

Le mécanisme est en « Double Action » ou en « Feu Continu », conforme à celui du classique 7 mm,  fonctionnelle et en état de marche.

Le chien sans crête et la portière de chargement s’ouvrant vers le haut.

La détente repliable.

@ et ® Lefaucheux, octobre 2017

Le fusil Robert

Le fusil Robert :

Introduction :

Joseph Robert est contemporain à Casimir Lefaucheux.

Inventeur, Joseph-Alexandre ROBERT est né à Tusson (16) le 12 janvier 1807.

Il était le fils de Jean ROBERT (agriculteur) et Françoise CHILLAUX, propriétaires à Tusson.

Vers 1830 il est à Paris comme étudiant en chirurgie dentaire, domaine qu’il va très vite abandonner pour se lancer dans l’arquebuserie.

Arquebusiers à Paris (1829-1840) au, 17 rue du Faubourg Montmartre et dont les ateliers sont situé au 3 bis rue du Coq-Héron.

En avril 1831, il dépose un brevet pour la fabrication d’un fusil se chargeant par la culasse.

Cette invention est considérée comme « remarquable » et l’Exposition Nationale de Paris en 1834 va lui décerner la médaille d’or de première classe pour son invention.

Cette distinction n’avait jamais été accordée aux progrès des armes.

Inventeur du premier système sans chien extérieur en 1829.

Médaille d’or à l’académie de l’industrie le 12 juin 1833

Médaille d’or de 1ère classe à l’exposition nationale de 1834 à Paris pour son fusil à chargement par la culasse.

Ingénieur civil et Docteur es-sciences, Joseph-Alexandre ROBERT va orienter ses recherches dans différents domaines : l’éclairage, la dénaturation des alcools destinés à l’industrie, les pompes à incendie…

On pense qu’il a déposé 13 brevets d’invention.

Marié en première noces avec Lydie CHILLAUX (23 avril 1851 à Villejésus), il épousera après le décès de celle-ci Julie BRILLARD.

Très attaché à sa région natale, il y fera bâtir plusieurs résidences.

Ces constructions témoignent encore de la considérable fortune de l’inventeur.

Joseph-Alexandre ROBERT décédera à son domicile de Tusson le 24 janvier 1885.

Fonctionnement :

Ce fusil se compose d’un canon ouvert à sa partie postérieure et d’une culasse réunie à un levier, qu’on élève ou qu’on abaisse par le moyen d’un anneau et qui s’applique exactement sur l’orifice du canon.

Cette culasse fait corps avec deux joues qui la prolongent et tournent autour d’une forte vis ; sa partie antérieure est prolongée par une petite pièce qui est le « bandeur », dont l’extrémité appuie, par une petite roulette, sur un ressort attaché à la sous-garde, lequel est terminé par un marteau dont la partie supérieure, nommée « croissant », fait enflammer la cartouche en frappant de bas en haut le petit tube renfermant l’amorce fulminate.

Pour charger le fusil on saisit le levier par l’anneau et on le soulève, la culasse s’ouvre, découvre la chambre du canon, on y introduit la cartouche, on referme la culasse par le mouvement contraire du levier.

En ouvrent les canons la roulette compresse le grand ressort – marteau, dont l’extrémité vient se glisser sous le triangle de la détente.

Le fusil est armé, il n’y a plus qu’à tirer en pressant la détente pour libéré le grand ressort-marteau et de faire feu.

Marquages et poinçons :

  • Sur le haut de la culasse et en arc de cercle :
  • « Médaille d’or exposition de 1834 académie de l’industrie société d’encouragement » et « JAR »

  • Sur le canon en lettres d’or : « Fusil Robert Bté à Paris », précédé de plusieurs autres poinçons dont « JAR » pour « Joseph Alexandre Robert ».

  • Sous les canons : « Pincon », probablement le nom du canonnier.

  • Sur le levier de culasse des chiffres et de lettres « 6X0  20 D » dont j’ignore la signification.

Caractéristique technique :

  • Longueur totale : 1170 mm
  • Longueur des canons : 756 mm
  • Distance 1ère détente plaque de couche : 380 mm
  • Diamètre sortie des canons : 16.2 mm

Sources :

  • Le «Qui est Qui » de Jarlier
  • La BNF – Gallica.
  • http://paysdaigre.pagesperso-orange.fr/hpa/textes/biographies/robert.htm
  • Généanet

® et © Lefaucheux Septembre 2017

Carabine-revolver de la garde égyptienne, le LF 1212 – 335

Revolver-Carabine Lefaucheux 12 mm à broche, le LF 1212 – 335

Introduction:

Il faut croire qu’Eugène Lefaucheux aurait bien voulu que cette arme soit acceptée comme réglementaire dans la cavalerie française.

Hélas pour lui cela n’arriva pas et à aucun moment dans les archives d’Eugène Lefaucheux je n’ai trouvé trace de cette arme, aussi bien au niveau conception qu’essais.

Sauf peut-être dans sa correspondance avec Henry Patto, son coactionnaire, entre 1855 et 1864 où on parle, vers 1856, d’une livraison de carabines à  la Maison Lepage, à la Maison Thomas ainsi qu’à un certain Général Prim.

Il n’y aura finalement que l’Egypte qui acceptera cette arme au sein de la garde personnelle de Saïd-Pacha.

Eugène Lefaucheux en aurait livrée environ 400 et non 250 comme signalée dans certaines sources.

La numérotation actuelle de ces carabines-revolvers va du LF 495 au LF 1373 et les matricules de la garde du 22 au 355.

Le revolver-carabine à 6 coups est sur la base d’un revolver 1854, dont Eugène Lefaucheux déposa le brevet initial le 15 avril 1854 et qui fut, après de nombreuses modifications, adopté par la Marine Impériale le 27 octobre 1857.

Ayant cédé sous la pression, son brevet au Ministère de la Marine, Lefaucheux garde néanmoins la liberté de la fabrication et du développement de son arme, pour le marché civil français et étranger dans ses propres ateliers.

Il va donc s’efforcer de décliner son « 1854 » dans de nombreuses configurations.

Le revolver-carabine à crosse squelette fixe est dénommé par les collectionneurs comme  « Carabine de cavalerie égyptienne » dénomination qui semble, selon certaines sources, ne pas être correcte.

 Source : « Les revolvers à broche » de Jean-Pierre Bastie, page 49-50, édition « Etai » :

« Ces armes sont destinées à la garde personnelle de Saïd Pacha et c’est lui et non son successeur qui les commande aux établissements Lefaucheux, où il achète depuis longtemps déjà une partie de ses armes de chasse.

Au début des années 1870, ces armes sont reversées aux cavaliers de la garde municipale du Caire ».

  •  Cette crosse squelette métallique est fixe (par 3 vis à bois).

  • La grosse différence par rapport aux revolvers 1854, c’est que la crosse est d’une seule pièce, d’où la suppression des rosettes, de la vis centrale ainsi que l’atrophie de la branche supérieure.

  • Le talon de la crosse est fixé par deux vis, l’un à bois, l’autre dans le bras inférieur de la crosse.

  • L’anneau de la crosse est muni d’une chaînette reliant la crosse squelette.

  • Le mécanisme est exactement identique aux autres versions habituelles du 1854, à savoir Simple Action et 12 mm à broche.
  • Le barillet a été néanmoins rallongé de 8 mm ce qui autorise le tir de cartouches plus puissantes.

  • Ce modèle comporte la planchette de hausse réglementaire graduée de 0 à 200 mètres.

  • Le pontet comporte un repose-doigt et le talon de la crosse est plat (comme sur l’ensemble des versions observées).

  • La crosse est maintenu à la carcasse de l’arme par une grande vis unique qui traverse le bras supérieur, la crosse, le grand ressort et se visse dans le bras intérieur (donnant une certaine impression de fragilité de cette partie de l’arme).

  • La faiblesse de l’arme réside dans la fixation de la crosse squelette par 3 vis à la crosse, puisqu’il n’était pas rare qu’après avoir épuisé les 6 cartouches au tir, la carabine-revolver ne se transforme en « batte de base-ball », ou une chute malheureuse de l’arme, ce qui semble avoir été le cas du LF 1212.

Caractéristiques techniques:

  • Longueur totale:         835 mm
  • Longueur canon:        397 mm
  • Barillet :                      12 mm à broche
  • Longueur barillet:       40 mm
  • Diamètre du barillet : 42mm
  • Mécanisme :               Simple Action uniquement.
  • Poids:                         2165kg

Marquages et poinçons:

L’arme comporte les marquages classiques d’un Lefaucheux, à savoir :

  • Sur le dessus du canon encore partiellement lisible :

« INVon E. LEFAUCHEUX BRte PARIS »

  • Sur la console droite le fameux « LF » avec le pistolet brisé suivi du numéro « 1212 »

  • L’ensemble des pièces comporte le numéro « 2N »

  • Sur la console gauche la matricule de la garde « 335 ».

Conclusion:

  • Arme bien équilibré et maniable.
  • Pièce pas fréquente puisque la fabrication ne de passe pas le 400 pièces sur un total d’environ 2400 carabines-revolvers modèle 1854.

© et ® Lefaucheux Septembre 2017

Un revolver 1854 sous licence Italienne

Un revolver 1854 sous licence Italienne :

De loin ce revolver ressemble en tous points à un 1854 ordinaire sortant des ateliers d’Eugène Lefaucheux à Paris.

Même aspect, même taille, même mécanisme, même dimension.

Il faut se rapprocher de l’arme et observer les marquages pour s’apercevoir que l’arme est certes un revolver 1854 mais fabriqué sous licence en Italie, par Glisenti à Brescia.

Il est à ce demandé si le mot « fabriqué » est juste….puisque :

Le 10 avril 1863, le Royaume d’Italie, conclu un important marché avec la maison E. Lefaucheux, concernant un ensemble de pièces détachées, malheureusement le détail de la liste n’est mentionné, ni les quantités.

Des pièces détachées pour la réparation des quelques 27.000 revolvers fournie aux Italiens depuis 1860 ou un ensemble des pièces permettant d’assembler des nouvelles armes ?

Il est donc permis, sauf à preuve du contraire, que les pièces de cette commande ont été fabriqué à Paris et que l’ajustement et l’assemblage a eu lieu chez Glisenti à Brescia, donnant naissance aux revolvers « ACCIAJO FUSO » (qui veut dire : « Acier Fondu »)

Un assemblage sous licence et donc pas une fabrication

Important : ceci est pour le moment une hypothèse de réflexion ; je n’ai aucune preuve de la véracité ou pas de cette affirmation (à preuve du contraire) mais elle a le mérite d’être posée.     

Marquages et poinçons

L’arme comporte plusieurs poinçons et de marquages :

  • Sur le tonnerre droit ; 2 lettres « SD », déjà fréquemment vue sur d’armes de l’armée Italienne, donc ceux en provenance des ateliers d’Eugène Lefaucheux.

  • Sur l’embase droite : « 1370 », « ACCIAJO FUSO » et «GC» ou « GG ».

  • Sur l’embase gauche : « G. GLISENTI, BRESCIA ».
  • Sous le canon, juste devant l’axe central, un poinçon, une sorte de « Ô » qui m’est inconnue.

  • Sur le barillet, face externe un « SD » et un « G », sur la face interne un nombre « 70 » qui semble être son numéro d’assemblage, puisque ce « 70 » retrouve aussi sur la face interne de la culasse, sur les montants de la crosse. Le « 70 » est probablement en relation avec le « 1370 » de l’embase droite, puisque sur le canon on ne retrouve pas le numéro d’assemblage.

  • Sur le dos de la carcasse, au niveau des vis tenant le bras supérieur ; à gauche « R.P. » et à droite « 10 »
  • Sur le montant inférieur, au niveau de la vis tenant le grand ressort, un autre marquage, difficilement identifiable et que semble être « GC20 » ou « GG20 »

  • Sur la face interne des plaquettes, outre le « 70 » il y a aussi le mot « PRATI » imprimé dans le bois, dont ignore la signification, probablement le nom du façonneur.

© et ® Lefaucheux juillet 2017