La Maison Flobert

La Maison Flobert

Selon le :

« Qui est Qui » de Jarlier, page 174, Tome 1

Arquebusier et armurier à Paris.

Spécialisé dans les armes de tir de petit calibre.

Atelier fondé en 1846.

Brevet de la munition à percussion annulaire le 23 juillet 1849

Disparition de la maison Flobert en 1997.

Participe aux expositions internationales de Londres en 1851 et de Paris en 1855-1867 et 1889.

3 rue Racine 1855

10-12 Bld de Sébastopol 1861

12 Bld St Michel 1867 – 1889

37 rue des Mathurins 1997.

« Lexique Onomastique » de J-Cl Mournatas, page 109

Armurier parisien au 6, rue Racine dès 1844.

Il eut l’idée de coiffer une amorce d’une petite balle de plomb et fit breveté cette invention le

21 juillet 1849 de même qu’un pistolet sans culasse tirant cette munition.

Ceci restera le système Flobert qui fût copié par le belge Bosquette vers 1870.

La cartouche Bosquette devrait donc s’appeler Flobert s’il n’y avait pas eu cette usurpation.

On retrouve la maison Flobert au 12 bld de Sébastopol en 1864, puis au 3 bld de St Michel jusqu’en 1949. (le 12 selon la facture émise en 1870)

Notes personnelles:

  • Selon les factures émisse par la Maison Flobert elle a été fondée en 1844 (selon le Qui est Qui, c’est en 1846)
  • La maison « Flobert »  est encore au 12 Bd St Michel en Avril 1909, en 1927 elle est située au 3 du même boulevard.
  • Auguste Flobert meurt en 1894.
  • source: littlegun – flobert

© et ® Lefaucheux mai 2016

La Maison Berntheisel à Nancy

Pour la petite histoire :

Facture BERNTHEISEL 1864 2

Christian (Chrétien) Berntheisel est né le 13 avril 1812 à Diemeringen dans le Bas-Rhin.

Il se marie avec Frédérique Henriette Kappel qui lui donne plusieurs enfants dont Charles, né en 1842 à Nancy au 13 rue Saint Michel.

A cette date, Christian se déclare Armurier.

Le 9 Août 1868 la femme de Christian meurt au 32 rue des  Dominicains à Nancy.

Sur la déclaration : Christian et son fils Charles se déclarent tous deux Arquebusiers.

Sur l’acte de décès, La signature de Charles, correspond à celle de la facture du 7 Janvier 1864.

L’entête de cette facture est au nom du père, ce qui nous permet de supposer qu’ils travaillaient ensemble à cette date.

 

Facture BERNTHEISEL 1864 3

Christian Berntheisel meurt le 22 septembre 1881 à son domicile du 32 rue des Dominicains.

Déclaration faite par son fils Charles, âgé de 39 ans, domicilié à la même adresse et étant toujours Arquebusier.

Sources :

Archives de la ville de Nancy

Archives de la ville de Diemeringen.

Un fusil Berntheisel est consultable sur le site, cliquez sur le lien ci-dessous

Un fusil Berntheisel, calibre 24 mono-coup

 

© et ® Lefaucheux mai 2016

 

Leclerc – Lefaucheux

Les deux sœurs cadettes de Casimir Lefaucheux se marient avec des Armuriers.

Le plus connu étant Paulin Leclerc qui prendra la main Euphrosine Lefaucheux et créant la Maison Leclerc – Lefaucheux .

Voici l’histoire de cette armurier:

facture du 7 nov 1874 copie

« Facture Novembre 1874 et payé en Avril 1875 »

___________________________________________________________________________

Chronique familiale de Marin LECLERC

L’histoire de Marin et de ses descendants a été établie sur 3 générations:

Marin LECLERC voit le jour à une date inconnue.

Il est le fils légitime de parents non connus.

Marin sera Bachelier es lettre.

Il épouse Marie BESNARD, la fille légitime de parents non connus.

Ce couple aura un enfant :

-Paulin Hubert né en 1807

Paulin Hubert LECLERC voit le jour le lundi 22 juin 1807 à Mayenne.

Paulin sera Armurier à Mayenne.

Louis Doyen, Armurier habitant dans le même immeuble que les Leclerc

( vue sur recensement 1836)

Paulin Hubert Leclerc est probablement associé à cette date avec Louis Doyen et reprend l’armurerie par la suite.

Il épouse Euphrosine Justine Renée LEFAUCHEUX, Ouvrière de linge au moment de son mariage, la fille légitime de Pierre François LEFAUCHEUX et de Marie CORNU.

Leur mariage religieux est célébré  le lundi 27 janvier 1834 à Bonnetable.

Ce couple aura trois enfants :

Euphrosine Marie LECLERC est née le jeudi 9 juillet 1835 à Mayenne.

Euphrosine M. LECLERC est décédée après 1852, à l’âge de 16 ans au moins.

— Note : Naissance d’Euphrosine: Rue neuve de la Halle à Mayenne

— Source: Extrait de naissance

_________________________________________________________________________

Marin Paulin LECLERC voit le jour le vendredi 29 septembre 1837 à Mayenne.

Marin sera selon le recensement:

1866: Armurier

1874 Arquebusier.

Marin P. LECLERC est décédé le jeudi 7 mai 1874, à l’âge de 36 ans, à Mayenne.

Note: Témoins sur la déclaration de naissance:

Fredèné Piquet, 32 ans, cafetier

Henry Constant Godard, 36 ans, relieure.

— Source: Extrait de naissance

Témoins sur acte de décès:

Michel Besnard, 63, cordonnier

Louis Betton, 27 ans, employé de la mairie

Amis de Marin Paulin

Sur l’acte son domicile est: Place des Halles (?)

Célibataire

— Source: Extrait de décès

__________________________________________________________________________

Marie Victoire LECLERC est née le lundi 4 avril 1842 à Mayenne.

Marie sera sans profession (sur acte de mariage).

Elle épouse Gustave Eugène BONNEMAIN, Sur acte de mariage : commis principal des contributions indirectes, et en 1876 (?) de commerce et d’industrie,

Il n’y a pas d’enfants connus pour ce couple.

Leur mariage religieux est célébré  le lundi 25 août 1873 à Mayenne.

___________________________________________________________________________

Le 17 avril 1868 son épouse Euphrosine meurt.

Paulin H. LECLERC est décédé après 1876, à l’âge de 68 ans au moins, à Mayenne.

__________________________________________________________________________

Recensement de 1881: Il n’y a plus de Leclerc dans la rue de la Halle.

Changement de propriétaire entre 1876 et 1881 : Alexandre Manigot « Armurier » 31 ans et Marie Rouland sa femme 25 ans

__________________________________________________________________________

Plus d’indications entre 1876 et 1881.

Après la vente ont-ils quitté la région (?).

© et ® Lefaucheux mai 2016

Louis-Julien Gastinne-Renette

Gastinne-Renette

3 copie

Selon le « Qui est Qui » de Jarlier page 187 :

Gastinne-Renette Louis-Julien, arquebusier à Paris, épouse la fille d’Albert Renette, son employeur en 1834.

Lui succède en 1840 créant la « Maison Gastinne-Renette.

Il sera arquebusier de l’Empereur Napoléon III et du Roi d’Espagne.

Achète, en avril 1847, un terrain au 39 Allée d’Antin, qui deviendra ensuite Avenue Franklin Roosevelt.

Son fils Jules, lui succède en 1870, puis sera remplacé par Paul Gastinne-Renette en 1901.

_________________________________________________________________________

Grand concurrent d’Eugène Lefaucheux.

Participent aux premiers essais de la Marine, en 1854, avec Colt, Adams et Lefaucheux mais ce fait sèchement éliminé.

Nous connaissons la suite………….

Lefaucheux et Gastinne-Renette ne s’aiment pas et chaque occasion est bonne pour engager un bras de fer devant les tribunaux, au grand bonheur de leurs avocats respectifs.

Ci-dessous un petit mot d’Eugène et de Louis-Julien après un jugement du 30 janvier 1861.

4 copie

5 copie

La médaille de table, ici exposée, est attribuée à Jacques Filot, contremaître chez Gastinne Renette, lors de l’exposition universelle de Vienne en Autriche en 1873.

1 copie

2 copie

Gastinne Renette lui-même faisait partie du jury et ne pouvait donc pas concourir pour un prix. Néanmoins la maison présentait ses productions et était représentée par ses deux contremaîtres C. Rode et Jacques Filot.

® et © Lefaucheux, mai 2016

Jules Gévelot

 

Gevelot Jules copie

Source: Archives LF

Facture du 3 octobre 1827
La facture du 3 octobre 1827 est adressée à un certain Mr Collas Bailly à Beaune.

 

1827 gevelot 2 -1_modifié-1

1827 gevelot 1 -1_modifié-1

Détail intéressant de cette facture est l’adresse de la fabrique et du magasin Gévelot :
361 Rue Saint Denis vis-à-vis Saint Chaumon.

Facture du 9 septembre 1833
Facture du 9 septembre 1833, toujours pour la même personne, avec une erreur d’écriture dans le nom de famille « Colas » au lieu de « Collas ».

1833 gevelot -1_modifié-1
A cette date l’entreprise, au moins le magasin est situé au 24 Rue Notre Dame des Victoires, la fabrique est encore situé Rue Saint Denis.

Facture du 12 janvier 1836 
Facture du 12 janvier 1836 à l’attention de Monsieur Pierre Collas à Beaune, probablement un armurier de la ville puisque la facture de 1844 est adressée à la même personne.

1836 - facture 12 janv 1836 - 3_modifié-11836 - facture 12 janv 1836 - 2_modifié-1

1836 - facture 12 janv 1836_modifié-1

Facture du 11 juillet 1844 
Louis Marin « Aîné » Gévelot est mort depuis 1 an, la lettre d’accompagnement est signée de la main de Madame veuve Aîné Gévelot

1844 - facture 1844 ainé gevelot 1 - 1

1844 - facture 1844 ainé gevelot 2 - 2

1844 - facture 1844 ainé gevelot 3 - 3

Le 1 mai 1845 la Maison Gevelot est toujours signalée au 24 rue Notre Dame des Victoires.

Facture du 19 novembre 1860
La Maison Gévelot est depuis un certains temps déjà au 30, rue Notre Dame des Victoire.

1860 - facture 19 nov 1860_modifié-1

Le 23 novembre 1862, par décret Impérial Jules Batard Gévelot est autorisé à modifier son nom, il devient: « Monsieur Jules Gévelot ».

Source: La BNF .
Facture du 21 avril 1874
Deux adresses de représentants en Autriche et Liège (adresse qui correspond à celui de Gustave Bronne, homme de confiance d’Eugène Lefaucheux sur place)

1874 - facture 21 avril 1874 1

1874 - facture 21 avril 1874 2

Le 8 septembre 1888, envoie de marchandise à Mr DENIMAL Quincaillé à Clary (entre St Quentin et Cambrai)

Jules Gevelot 2 copie

Sources: Archives personnel de l’auteur

® et © Lefaucheux- avril 2016