Camille Jubé, un passage dans la vie de Casimir Lefaucheux

Camille Jubé – Un peu d’histoire

aa

« Blason des Jubé »

Sources :

  • « Casimir Lefaucheux Arquebusier 1802-1852 »                                                            De Gérard Lautissier et Michel Renonciat                                                             Edition du portail – page 37 et suivantes
  • Archives personnelles
  • Archives de Paris
  • Généanet
  • La BNF
  • Wikipédia

ah

Le 17 décembre 1835, Camille Auguste Jean Baptiste Napoléon Jubé de la Perelle, achète à Casimir Lefaucheux, le fonds de commerce de la rue de la Bourse, ainsi que les bénéfices résultant des brevets et traités signés avec les armuriers (sauf celui du 28 janvier 1835 avec Lepage).

Prix d’achat est de 25.000 francs et l’entrée en jouissance fixée au 1er janvier 1836.

Lefaucheux laisse son nom à l’établissement :

« Maison Lefaucheux, ancienne Maison Pauly ».

(Voir aussi l’adresse sur la lettre)

Camille Jubé est né en 1811 à Pirée en Italie, fils ainé du Baron Auguste Jubé de la Perelle et de Madeleine Félicité Happe.

Camille ce mari à Paris le 20 octobre 1836 avec Félicité Renée Louise Emmanuelle Gabrielle de Brivazac de Beaumont.

Il décède le 29 août 1873 à Paris, à l’âgé de 62 ans, à son domicile rue de Londres.

Casimir Lefaucheux et la famille retourne dans son Maine natal et achète une maison aux Ponts-de-Gennes pour la somme de 6000 francs où il déposera plusieurs brevets dans le domaine Cidre et l’Hippomobile.

Casimir Lefaucheux revient aux inventions arquebusières par son brevet du 2 mai 1845.

Il se fait domicilier 10, rue de la Bourse, alors que le magasin reste au nom de Jubé jusqu’en 1847, date à laquelle Casimir Lefaucheux rachète le fonds de commerce.

Cette date de rachat du fonds en 1847 est sujet à caution puisque dans la lettre du 20 mai 1845 (jointe à notre article)  il est clairement écrit par Camille Jubé : «…. pour vous dire qu’ayant cédé la Maison Lefaucheux et nous occupant de la rentrée définitive des créances …. ». 

ae

 

Transcription des lettres de correspondance entre Georg Carstensen et Camille Jubé :

Maison Lefaucheux, Ancienne Maison Pauly

N°10, Rue de la Bourse et des Colonnes

Paris

Copenhague, le 2 octobre 1838

Maison Lefaucheux, ancienne Maison Pauly, Paris

J’ai reçu votre lettre du 20 d’Août et je vous remercie infiniment pour votre bonté de vouloir bien attendre l’hiver prochain pour le soldement de mon compte.

Soyez persuadé que vous avez affaire à un galant homme et que je ferai tous mes efforts pour satisfaire le plus promptement possible à mes engagements.

Je voudrais qu’il fût en mon pouvoir de le faire à présent mais malheureusement je ne le puis.

Avec le plus ardent désir de vous satisfaire, je ne peux pas encore vous indiquer le moment probable de mon arrivée à Paris ou du payement de ma dette ; mais aussi tôt que mon départ sera décidé je vous l’annoncerai dans une nouvelle lettre.

Vous n’obtiendrais rien en vous adressant à mon père et votre lettre ne fera que retarder ma réconciliation avec lui.

Agréer mes salutations

Georg Carstensen

af

_________________________________________________________________________

ac

Rue de la Bourse et des Colonnes Paris

Copenhague 20 juillet 1844

Monsieur,

Je possède votre honorée lettre du 9 Ct.

Je ne vous ferai point le détail des raisons et des circonstances qui m’ont empêché de vous solder votre compte.

Soyez bien persuadé que les menaces de la légation de France (parfaitement impuissante en pareil affaire) ne sont pour rien dans les déterminations que voici.

Avant fin Août je vous enverrai un bon de 506 f. payable à votre ordre chez un banquier de Paris.

J’espère, en commencement de décembre, pouvoir vous faire une visite à Paris, je passerai l’hiver.

En attendant je vous prie d’agréer Monsieur mes salutations amicales

Georg Carstensen

ad

_________________________________________________________________________

Paris le 24 févr. 1845

En réclamant le payement.

_________________________________________________________________________

Le 20 Mai 45.

Mr, par votre lettre en date du 20 Juillet 1844, vous aviez promis de nous adresser une traite de 506, montant de votre compte avec la maison Lefaucheux, payable fin Août 1844 sur une banque de Paris.

Nous n’avons rien reçu.

Nous vous avons déjà rappelé cette promesse par lettre du 24 février der.

Aujourd’hui nous vous écrivons de nouveau pour vous dire qu’ayant cédé la maison Lefaucheux et nous occupant de la rentrer définitive des créances arriérées, nous aurons besoin de les voir solder le plus promptement possible.

Vous n’aurez pas oublié que cette dette remonte à l’année 1838 et quels et ont été non procédés à votre égard ; nous espérons donc que vous voudrez bien nous adresser une traite sur Paris à court échéance le plus prompt possible.

A.G.

_________________________________________________________________________

ag

« Georg Carstensen »

Qui est Georg Carstensen ?

Johan Bernhard Georg Carstensen est né le 31 Août 1812 à Alger et décède le 4 Janvier en 1857 à Copenhague.

Il est un des développeurs des Jardins de Tivoli et un officier de l’armée danoise ou il atteint le grade de Lieutenant dans la Garde Royale.

Il passe une grande partie de son enfance au proche Orient.

En 1839, Carstensen s’installe de façon permanente à Copenhague.

Entre 1843 et 1848, Georg Carstensen est actif dans le développement des Jardins de Tivoli, après quoi il a rejoint la guerre à Schleswig.

Lors de son retour il apprend qu’il a été évincé des Jardins de Tivoli pour ne pas avoir renouvelée sa licence de construction.

Après cette éviction il rejoint l’armée basée aux Antilles Danoise.

Il se marie avec une fille d’un planteur et l’aide à la gestion de la plantation.

Georg Carstensen se rend ensuite à New York, où il participe à la construction au Crystal Palace de cette ville.

En 1855, Carstensen retourne à Copenhague ou il tente de construire un établissement  afin de rivaliser avec les Jardins de Tivoli, l’Alhambra de Frederiksberg.

Le projet échoue et seule une rue du nom de « Alhambravej » rappel son existence.

Il meurt le 4 Janvier 1857 à 44 ans avant d’avoir achevé son projet et a été enterré dans le Cimetière de la Garnison à Copenhague. 

ab

« Sceau des Carstensen »

Observations :

  • Selon la source « Wikipédia », Carstensen s’installerai, à partir de 1839, de manière permanente à Copenhague ; la lettre du 2 Octobre 1838 nous permet de croire qu’il y est déjà avant cette date.
  • Que les relations entre Georg et son père ne sont pas excellentes.
  • Que les promesses de Georg Carstensen sont de la poudre aux yeux puisque 1845 la dette envers Jubé n’est toujours pas soldée.

 ® et © Lefaucheux Juin 2016