Brevet d’Invention: no 084764 du 13 mars 1869

En France :Brevet d’Invention, no 084764 du 13 mars 1869 déposé par le Sieur Samson à Paris.

En Belgique : Brevet d’Importation, no 25686 du 7 juin 1869 déposé par le Sieur Joseph Bronne à Liège.

Mémoire descriptif déposé à l’appui de la demande d’un Brevet d’Invention de quinze ans pour des perfectionnements apportés aux armes à feu portatives par Mr Lefaucheux Eugène Gabriel.

Exposé :

Jusqu’à présent, dans les fusils et carabines se chargeant par la culasse, les pièces essentielles de l’arme : la pièce de bascule, la culasse, les corps de platine, la pièce qui porte les détentes, sont isolées et distinctes les unes des autres ; il résulte de ce manque d’unité plusieurs inconvénients :

1° : le prix de fabrication est élevé ;

2° : l’inspection de l’arme et la réparation des accidents qui peuvent s’y produire sont rendues difficiles ;

3° : les pièces diverses entrant dans sa constitution ne sont pas interchangeables et ne peuvent être remplacées sans des frais considérables.

Frappé de ces défauts, j’ai depuis longtemps cherché à y porter remède et revendiqué dans un premier brevet, que j’ai pris le 5 décembre 1859, j’ai décrit la réunion sur une seule pièce en métal, formant la charpente complète de la crosse, des pièces mécaniques de l’arme (corps des platines, pièces portant les détentes, chiens, ressorts et vis diverses).

C’était un progrès incontestable, un pas fait vers la simplification des procédés de construction de l’arme, mais ce n’était point encore tout ce qui pouvait être désiré à ce point de vue.

Je suis parvenue à obtenir une amélioration nouvelle en donnant à la pièce « A » qui porte le nom de bascule dans les armes ayant la bascule Lefaucheux, une dimension, une forme et un rôle entièrement nouveaux.

Cette pièce, ainsi qu’on peut le voir par le dessin qui accompagne, tout en demeurant pièce de bascule, une de ses extrémités est prolongée de façon à pouvoir au besoin former la charpente complète de la crosse et elle est disposée de façon à servir à la fois de culusse, de corps de platine et de support aux chiens, détentes, vis et ressorts divers.

Cette substitution d’une pièce unique aux pièces isolées qui se rencontrent dans les armes ordinaires est applicable à tous les fusils et à toutes les carabines se chargeant par l’arrière et ayant un mode de fermeture différent de la bascule Lefaucheux.

Dans ces fusils et carabines, j’obtiens un résultat identique à celui que je viens de décrire par le prolongement de la pièce qui sert à réunir les canons à la culasse et je donne à cette pièce, la forme et le rôle que j’assigne à la pièce de bascule dans les armes se fermant au moyen de la bascule Lefaucheux.

En résumé, je revendique :

1° L’idée de la substitution d’une pièce unique servant de pièce de bascule, de culasse, de support au chiens, détente et ressort et vis diverses, et de corps de platine, aux pièces isolées qui jouent ces rôles divers dans les armes ordinaires se chargeant par l’arrière.

2° Les moyens de réalisation de cette idée tel qu’ils sont relatés au présent mémoire et aux dessins qui l’accompagnent.

3° Les résultats industriels nouveaux de cette idée, ces moyens procurent : diminution du prix de fabrication, augmentation de la solidité de l’arme, facilité plus grande pour examiner l’état de l’arme et réparer les accidents qu’elle aurait pu éprouver, possibilité de rendre interchangeable entre elles les pièces entrant dans la constitution de l’arme.

1

Description :

La Fig.1 : représente la platine de l’arme en élévation , vue de côté.

La Fig.2 : représente la platine de l’arme , coupe transversale.

La Fig.3 : représente la vue en plan de la pièce principale « A ».

Paris, le 13 mars 1869

E. Lefaucheux

Pour info : signature sur brevet Belge

Par procuration de E. Lefaucheux

J. Bronne

 © et ® Lefaucheux Juin 2016