Triple action LF 14286 – 7 MM

Revolver Lefaucheux 7 mm en Triple Action le LF 14286 à canon court

1 site

Le modèle de Lefaucheux 7 mm à broche, 6 coups à Triple Action n’est pas très courant de nos jours.

2 site

Celui-ci est fabriqué dans les ateliers Parisien, 196 rue Lafayette

Son brevet, le numéro 55784 a été déposé le 27 Septembre 1862 à Paris.

D’aspect extérieur ce 7 mm TA ne diffère en rien des classiques 7 mm en DA ; même carcasse, même crosse, c’est le petit ergot du côté droit de la détente, l’encoche sur la carcasse à l’arrière du chien, la crête sur le chien et les « picots » sur le barillet qui permettent de l’identifier.

8 site

7 site

Caractéristiques de l’arme :

Poids : 430 grammes (vide)

Longueur totale : 193 mm

Longueur du canon : 84 mm rond

-Tonnerre : 21.5 mm à pans

-Intérieur : 4 rayures droites

Barillet : 7 mm à broche.

–Longueur : 26.4 mm

–Diamètre : 31 mm

Plaquettes en bois de noyer verni avec rosette centrale ovale.

Détente repliable, baguette d’éjection avec un ressort longitudinal intégré.

4 site

6 site

Poinçons et Marquages :

Sur l’ensemble des pièces un 3 N.

Le canon et le tonnerre comportant les marquages classique ; sur le dessus du canon.

« E. LEFAUCHEUX BRté. S.G.D.G. A PARIS »,

5 site

Sous le canon, au niveau de l’axe central le chiffre 2.

Le LF 14286 sur monté d’un pistolet brisé est situé sur le tonnerre gauche, donc une 2ème série (sur les 1ère série le LF est sur le tonnerre droit).

 

3 site

Sur la carcasse il n’y a pas de marquage spécifique.

9 site

© Lefaucheux 2013

Triple action LF 13857 – 9MM

Description du Lefaucheux 9 mm en Triple Action, LF 13587

 

1_modifié-1

Le brevet du Triple Action est déposé par Lefaucheux à Paris le 27 Septembre 1862 sous le numéro 55784 et le 3 Octobre 1862 en Belgique sous le numéro 13277.

Eugène fondait beaucoup d’espoir sur le mécanisme Triple Action.

En premier lieu, le dessin du brevet le prouve, c’était pour les revolvers 7 mm, ensuite le mécanisme à évolué pour être adapté au 12 mm à broche (mais aussi à PC) dans l’espoir de le vendre aux armées, hélas sans grand succès….

Motif : mécanisme compliqué et fragile pour être mis entre les mains de la troupe.

Et ensuite en 9 mm.

Le mécanisme du triple action est le seul qu’on retrouve sur du 7, 9 et 12 mm.

On retrouve le mécanisme Triple Action aussi sur les revolvers 12 mm à 10 coups ainsi que sur les 7 mm « à barillet multi-rangées » à 18, 20 coups mais plus rarement sur le 9 mm à 6 coups comme celui décrit ici.

 

2_modifié-1

Principe du Triple Action :

Le TA est la combinaison entre la SA et la DA et la faculté de passer de l’un à l’autre, d’hésiter et de revenir en arrière…..

Petit rappel:
SIMPLE ACTION:
On tire le chien en arrière avec le pouce.
Une fois ce chien armé, c’est en pressant la détente qu’on fait feu.
Pour faire de nouveau feu, on renouvelle l’opération de l’armement du chien .

DOUBLE ACTION:
C’est qu’on appelle aussi « feu continu », c’est-à-dire qu’on fait feu en pressant la détente et uniquement par la détente.

TRIPLE ACTION:
C’est la combinaison des deux avec la faculté de passer de l’un à l’autre dans le même mouvement et de revenir.

Soit vous armez complètement en arrière en tirant sur le chien, et pressez la détente ….SA
Soit on presse la détente en continu…. DA.
Mais sur le Triple Action, il y a des crans intermédiaires.
Pressez légèrement sur la détente, le chien se lève et se bloque sur un cran.
Ce cran permet 3 choses …..
1 : la rotation libre du barillet pour le « re » ou déchargement.
2 : d’hésiter, c’est-à-dire de viser et de continuer à presser sur la détente. Là deux possibilités:
faire feu en appuyant à fond, soit amener le chien à l’armement (comme en SA, mais en pressant la détente) ; là encore une petit pression et le coup part…..
3 : ou bien d’armer le chien comme en SA, viser et faire feu en pressant la détente.

 

5_modifié-1

Ce même mouvement est possible avec le chien:
1 : en tirant légèrement sur le chien, on bloque au premier cran.
2 : là, trois possibilités: soit on continue en SA, soit on fait feu en appuyant à fond, soit on amène le chien à l’armement (comme en SA, avec la détente), là encore une petit pression et le coup part…..
Donc d’un premier mouvement en SA, on a le moyen de terminer le mouvement en DA ou l’inverse (on commence en DA et on termine en SA).

7_modifié-1

Le mécanisme du TA est aussi appelé « de l’hésitation » :
Le chien est armé, mais on ne veut plus faire feu .
En armant la pièce de détente avec l’ergot, elle se rapproche de la petite tige métallique.
En retenant le chien tout en pressent la détente, l’ergot va pousser sur cette tige.
La tige va libérer le cran, permettant au chien de revenir tranquillement en position de repos…

Pas toujours facile à comprendre et de mécanisme délicat, c’est pour cela probablement que l’armée n’a jamais voulu ce genre d’armes dans les mains de la troupe.

Le LF 13587, modèle 9 mm en Triple Action, tout en rondeur, comme ceux en 12 mm, a perdu ses formes anguleuses du 7 mm.

C’est un modèle réduit du 12 mm, avec néanmoins une petite différence, qui classe l’arme dans la catégorie « d’arme de poche », à savoir :

  • L’absence de pontet, donc une détente repliable comme les 7 mm.

Marquages et Poinçons :

6_modifié-1

L’ensemble des pièces comporte le numéro d’assemblage : A2.

3_modifié-1

Le fameux LF 13587 avec le pistolet brisé sur le tonnerre gauche.

4_modifié-1

Sur le dessus du canon :

« E. Lefaucheux Bte à Paris »

Sous les plaquettes, plusieurs poinçons : un 4, une *, en plus du A2 sur les deux branches.

Caractéristiques techniques :

Arme à vocation purement civile, poli blanc, ciselé de lianes et de feuilles.

Poids de l’arme : 630 grammes

Longueur totale de l’arme : 210 mm

Longueur du canon : 100 mm

Portière de chargement : Côté droit dans la culasse, s’ouvrant vers le haut.

Baguette d’éjection : Amovible, avec ressort longitudinal.

Barillet : 6 coups, 9 mm à broche

Longueur : 26 mm

Diamètre : 36 mm

Culasse : 44 mm

Mécanisme : Triple Action.

Plaquettes : En bois clair vernis.

8_modifié-1

® et © Lefaucheux avril 2016

Triple Action LF 12531 – 12 MM

Revolver Lefaucheux 12 mm en Triple Action numéro LF 12531.

1 copie

Introduction :

Eugène Lefaucheux dépose le brevet de la Triple Action le 27 Septembre 1862 en utilisant comme base un revolver 7 mm.

Très rapidement, le principe de la Triple Action est adapté sur un 12 mm et par la suite, sur les 9 mm.

Ici nous avons à faire à un 12 mm en triple action, le LF 12531.

Arme entièrement nickelée et commercialisé par « Hédeline à Paris, 72 Fbg St Honoré »

4 copie

«  Hédeline est le successeur de Ferrier vers 1868-1870 »( source « le Qui est Qui » de Jarlier)

Poinçons et Marquages

3 copie

Sur le côté gauche dans le prolongement de l’axe central le numéro LF12531.

L’ensemble des pièces comporte le numéro « 88 Y  », qui correspond à son numéro d’assemblage.

5 copie

Sur le dessus du canon, en lettres classiques : « Hédeline à Paris, 72 Fbg St Honoré  ».

Sous le canon, au niveau de l’axe central, le chiffre « 2 » ainsi qu’en ovale

« Invon. E.Lefaucheux breveté S.G.D.G. (Paris) ».

Caractéristiques techniques :

Poids à vide : 946 grammes

Longueur totale de l’arme : 260 mm

Longueur du canon : 129 mm

Epaisseur du canon : 17.9 mm après le tonnerre, 17.1 mm après le guidon.

Canon rond sur l’ensemble, mais un tonnerre plus épais de 19.4 mm sur 28.1 mm de long, avec un guidon surmonté d’un grain d’orge.

  • Intérieur du canon : Rayé de 4 rainures larges, tournant vers la droite.
  • Entrée : 11 mm / 11.3 mm
  • Sortie : 10.7 mm / 11 mm

Fixation du canon : vissé sur l’axe central et maintenu par une vis sur le devant de la sous-garde.

Embase de la cage du barillet :

  • Largeur : 14.6 mm / 15.7 mm
  • Epaisseur : 9.7 mm /11 mm

Fixation du socle à la carcasse : par 3 vis.

Mécanisme : Triple Action.

Barillet : 6 coups, 12 mm à broche

  • Entrée drageoir : 11.9 mm
  • Sortie drageoir : 11.2 mm
  • Diamètre : 42.0 mm
  • Longueur: 30.6 mm et 38.1 mm avec le rochet et l’anneau
  • Arrêtoirs : en triangle 2.7 à 3.4 mm / 2.4 mm
  • Culasse :
  • Diamètre : 49.5 mm
  • Epaisseur du bord : 8.7mm
  • Epaisseur au centre : 17.2 mm

Grand ressort : Plat, fixé par une grosse vis, à la base du bras inférieur et qui vient prendre le chien par l’intermédiaire de la chaînette.

Ressort de la triple action : Situé derrière le chien, baïonnette de liaison entre le ressort et la détente est manquante.

Chien : Classique, tête plate avec une entaille pour prendre la visée.

Base arrière du chien avec 2 crans .

Ressort de rappel de détente : En V, placé dans l’embase devant le corps de la détente.

Pontet : Type rond.

Talon : De forme ovale bombée se terminant avec un anneau.

Baguette d’éjection : En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.

Plaquettes : 2 pièces en bois tenues par une grande vis traversant de part en part la crosse.

2 copie

© et ® Lefaucheux Mars 2015

Le LF 8811 – 9 mm en Triple Action

LF 8811 - 8_modifié-1

Le LF 8811, modèle 9 mm en Triple Action, tout en rondeur, comme ceux en 12 mm, a perdu ses formes anguleuses du 7 mm.

LF 8811 - 9_modifié-1

C’est un modèle réduit du 12 mm, avec néanmoins une petite différence, qui classe l’arme dans la catégorie « d’arme de poche », à savoir :

  • L’absence de pontet, donc une détente repliable comme les 7 mm.

LF 8811_modifié-1

Il semblerait que l’arme puisse aussi être portée à la ceinture puisque la crosse est équipée d’un anneau de dragonne et son étui.

LF 8811 - 2_modifié-1

LF 8811 - 1_modifié-1

Le Lefaucheux 9 mm en TA est un modèle tardif puisque la crosse montre beaucoup de similitude avec les armes situes des brevets de 1864.

Sur les 7 mm et les premiers 12 mm en TA la calotte de la crosse est indépendante.

Ici, cette calotte, est intégré dans le bras supérieur de la crosse et la fixation ce fait à la base de la sous-garde par une vis « cachée » sous les plaquettes.

Marquages et Poinçons :

L’ensemble des pièces comporte le numéro d’assemblage : 5 C

LF 8811 - 3_modifié-1

Le fameux LF 8811 avec le pistolet brisé sur le tonnerre gauche.

Sur le dessus du canon :

« E. Lefaucheux à Paris »

LF 8811 - 4_modifié-1

Sous les plaquettes, plusieurs poinçons : un J, en plus du 5 C sur les deux branches.

Un L au niveau de la fixation droite du bras supérieur de la crosse et la carcasse.

Un 3 sous le canon au niveau de sa fixation sur l’axe central.

LF 8811 - 7_modifié-1

LF 8811 - 5_modifié-1

Caractéristiques techniques :

Arme civile mais peut-être à vocation militaire, bronzé.

Poids de l’arme : 630 grammes

Longueur totale de l’arme : 210 mm

Longueur du canon : 100 mm

LF 8811 - 10_modifié-1

Portière de chargement : Côté droit dans la culasse, s’ouvrant vers le haut.

Baguette d’éjection : Amovible, avec ressort longitudinal.

Barillet : 6 coups, 9 mm à broche

Longueur : 26 mm

Diamètre : 36 mm

Culasse : 44 mm

Mécanisme : Triple Action.

LF 8811 - 6_modifié-1

Plaquettes : En bois clair vernis.

® et © Lefaucheux Octobre 2013

Triple Action LF 6257 – 12 MM

Revolver Lefaucheux 12 mm en Triple Action numéro LF 6257.

1 copie

Introduction :

Eugène Lefaucheux dépose le brevet de la Triple Action le 27 Septembre 1862 en utilisant comme base un revolver 7 mm.

Très rapidement, le principe de la Triple Action est adapté sur un 12 mm et par la suite, sur les 9 mm.

Ici nous avons à faire à un 12 mm en triple action, le LF 6257.

L’arme est issue des ateliers d’Eugène Lefaucheux mais semble être commercialisée par Lefaucheux-Laffiteau son beau-frère puisque l’inscription sur le canon est :

« Lefaucheux à Paris »

7 copie

Poinçons et Marquages

Sur le côté gauche dans le prolongement de l’axe central le numéro « LF 6257 ».

5 copie

L’ensemble des pièces comporte le numéro « 14 : P », qui correspond à son numéro d’assemblage.

9 copie

Sur le dessus du canon, en lettres gothiques : « Lefaucheux à Paris».

6 copie

Sur le dessus du tonnerre, 2 lettres qui semble être « F-V », très probablement les initiales du premier propriétaire

Sous le canon, au niveau de l’axe central, le chiffre « 2 ».

Sous les plaquettes, outre le numéro d’assemble, les lettres « FS », dont j’ignore la signification.

Caractéristiques techniques :

Poids à vide : 940 grammes

Longueur totale de l’arme : 264 mm

Longueur du canon : 134 mm

Epaisseur du canon : 18.2 mm après le tonnerre, 17.7 mm après le guidon.

Canon rond sur l’ensemble, mais un tonnerre plus épais de 19.4 mm sur 26.4 mm de long, avec un guidon surmonté d’un grain d’orge.

  • Intérieur du canon : Rayé de 4 rainures larges, tournant vers la droite.
  • Entrée : 10.9 mm / 11.2 mm
  • Sortie : 10.5 mm / 10.8 mm

Fixation du canon : vissé sur l’axe central et maintenu par une vis sur le devant de la sous-garde.

Embase de la cage du barillet :

  • Largeur : 14.3 mm / 15.2 mm
  • Epaisseur : 9.6 mm /10.8 mm

Fixation du socle à la carcasse : par 3 vis.

Mécanisme : Triple Action.

Barillet : 6 coups, 12 mm à broche

  • Entrée drageoir : 12.0 mm
  • Sortie drageoir : 11.3 mm
  • Diamètre : 42.2 mm
  • Longueur : 30.2 mm et 38.9 mm avec le rochet et l’anneau
  • Arrêtoirs : en carré 2.7 x 2.8 mm
  • Culasse :
  • Diamètre : 49.1 mm
  • Epaisseur du bord : 7.8 mm
  • Epaisseur au centre : 17.4 mm

Grand ressort : Plat, fixé par une grosse vis, à la base du bras inférieur et qui vient prendre le chien par l’intermédiaire de la chaînette.

3 copie

8 copie

Ressort de la triple action : Situé derrière le chien, baïonnette de liaison entre le ressort.

Chien : Classique, tête plate avec une entaille pour prendre la visée.

Base arrière du chien avec 2 crans.

Ressort de rappel de détente : En V, placé dans l’embase devant le corps de la détente.

Pontet : Type rond.

2 copie

Talon : De forme ovale bombée se terminant avec un anneau, les deux vis apparentes.

Baguette d’éjection : En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.

Plaquettes : 2 pièces en bois tenues par une grande vis traversant de part en part la crosse.

4 copie

Arme entièrement polie blanc.

© et ® Lefaucheux Novembre 2015

Le LF 2959 en Triple Action, à canon octogonal en 12 MM

Revolver Lefaucheux 12 mm en Triple Action numéro LF 2959.

2959 - 1 copie

Introduction :

Eugène Lefaucheux dépose le brevet de la Triple Action le 27 Septembre 1862 en utilisant comme base un revolver 7 mm.

Très rapidement, le principe de la Triple Action est adapté sur un 12 mm et par la suite, sur les 9 mm.

Ici nous avons à faire à un 12 mm en triple action, le LF 2959.

La rareté de se revolver réside dans le fait de posséder un canon octogonal.

Arme probablement fabriqué en Mars ou Avril 1864. (Soit le 19 mars, soit le 20 avril, selon la théorie : une lettre = un jour)

Poinçons et Marquages

2959 - 2 copie

Du côté droit sur le tonnerre du canon, le numéro LF2959.

L’ensemble des pièces comporte le numéro « 54 Q  », qui correspond à son numéro d’assemblage.

2959 - 8 copie

Sur le dessus du canon, en lettres classiques : « E. Lefaucheux BRté S.G.D.G. à Paris».

Sous le canon, au niveau de l’axe central, le chiffre « 2 » ainsi qu’en ovale

« Invon. E.Lefaucheux breveté S.G.D.G. (Paris) ».

2959 - 6 copie

Sur le bras inférieur de la crosse plusieurs lettres : X – J – C

Caractéristiques techniques :

Poids à vide : 950 grammes

Longueur totale de l’arme : 270 mm

Longueur du canon : 134 mm

Epaisseur du canon : 18.9 mm après le tonnerre, 17.6 mm après le guidon.

Canon octogonal sur l’ensemble, avec un guidon surmonté d’un grain d’orge.

  • Intérieur du canon : Rayé de 4 rainures larges, tournant vers la droite.
  • Entrée : 10.8 mm / 11.1 mm
  • Sortie : 10.9 mm / 11.2 mm

Fixation du canon : vissé sur l’axe central et maintenu par une vis sur le devant de la sous-garde.

Embase de la cage du barillet :

  • Largeur : 14.1 mm / 14.7 mm
  • Epaisseur : 9.1 mm /10.4 mm

Fixation du socle à la carcasse : par 3 vis.

Mécanisme : Triple Action.

Barillet : 6 coups, 12 mm à broche

  • Entrée drageoir : 12.1 mm
  • Sortie drageoir : 11.6 mm
  • Diamètre : 42.2 mm
  • Longueur: 30.5 mm et 38.2 mm avec le rochet et l’anneau
  • Arrêtoirs : au rectangle 3.2 à 3.8 mm / 2.8 mm
  • Culasse : classique rond bombée
  • Diamètre : 48.7 mm
  • Epaisseur du bord : 8.2mm
  • Epaisseur au centre : 18.3 mm

2959 - 4 copie

Grand ressort : Plat, fixé par une grosse vis, à la base du bras inférieur et qui vient prendre le chien par l’intermédiaire de la chaînette.

2959 - 7 copie

2959 - 5 copie

Ressort de la triple action : Situé derrière le chien, baïonnette de liaison entre le ressort et la détente.

Chien : Classique, tête plate avec une entaille pour prendre la visée.

Base arrière du chien avec 2 crans.

Ressort de rappel de détente : En V, placé dans l’embase devant le corps de la détente.

Pontet : Type rond.

Talon : De forme ovale bombée, fixée par 2 vis apparentes sur les bras de la crosse, avec un anneau.

Baguette d’éjection : En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.

Plaquettes : 2 pièces en bois finement quadrillées, tenues par une grande vis traversant de part en part la crosse.

2959 - 3 copie

© et ® Lefaucheux Octobre 2015

Le LF 430 Triple action – 12 mm en coffret.

Revolver Lefaucheux en triple action en 12 mm à broche issu de la 1ère série, le LF 430.

3 copie

Revolver en triple action issu du brevet 55784 déposé le 27 septembre 1862.

Le LF 430 appartient à la 1ère série puisque :

  • Le numéro LF est sur le tonnerre droit

6 copie

  • Le ressort du triple action, derrière le chien, est déporté vers la droite.
  • La fixation avant du pontet se fait par une vis sur le pied du canon et celui de derrière est externe.
  • Le busc de la crosse est très effilé.
  • Les deux vis du talon de la crosse sont apparentes.
  • Le corps de la détente ne possède pas d’ergot pour repousser la baïonnette de la triple action (déjà observé sur un autre exemplaire issu de cette 1ère série).

5 copie

L’ensemble est dans un coffret, qui me semble d’origine mais dont l’habillage a été refait ultérieurement.

9 copie

A l’intérieur du coffret un « Récépissé de déclaration de détention d’armes à feu » datant du 25 Novembre 1935 au nom de Jacquet Jules.

Qui est Jules Jacquet ?

Jules César Jacquet a été un des propriétaires de cette arme, probablement pas le premier au vu de sa date de naissance.

Né le 24 Mars 1868 en la ville de Viéthorey dans le Doubs.

Fils de Claude Baptiste Jacquet, cordonnier de son métier et de Joséphine Louise Marie Grossard.

Jules César est le 3ème d’une fratrie de 6 enfants et il déclare être en 1935 Propriétaire Négociant à Cuse et Adrisans.

13 copie

La date de fabrication du LF 430 est à situer dans le courant du 1er semestre 1863.

Marquages et Poinçons :

4 copie

Sur le tonnerre droit on retrouve le numéro LF 430.

Sur le dessus du canon « INVon. E. Lefaucheux S.G.D.G. à Paris »

8 copie

Sous le canon au niveau de l’axe central « INVon. E. Lefaucheux Breveté S.G.D.G. (Paris) »

7 copie

Sur l’ensemble des pièces le numéro d’assemble « 84 D ».

12 copie

Sous les plaquettes, outre le numéro d’assemblage un « J », lettre déjà rencontré sur de multiples armes Lefaucheux mais dont j’ignore la signification.

Sur le devant du barillet un curieux poinçon dont j’ignore la signification.

2 copie

Caractéristiques techniques :

Poids à vide : 944 grammes

Longueur totale de l’arme : 265 mm

Longueur du canon : 131.7 mm

Épaisseur du canon : 18.6 mm après le tonnerre et 17.8 mm après le guidon.

Canon rond sur l’ensemble, avec un guidon surmonté d’un grain d’orge.

  • Intérieur du canon : Rayé de 4 rainures larges, tournant vers la droite.
  • Entrée : 10.8 mm / 11.1 mm
  • Sortie : 10.6 mm / 10.9 mm

Fixation du canon : vissé sur l’axe central et maintenu par une vis sur le devant de la sous-garde.

Embase de la cage du barillet :

  • Largeur : 13.3 mm / 15 mm
  • Epaisseur : 9.9 mm /10.3 mm

Fixation du socle à la carcasse : par 3 vis.

Mécanisme : Triple Action.

Barillet : 6 coups, 12 mm à broche

  • Entrée drageoir : 12.1 mm
  • Sortie drageoir : 11.6 mm
  • Diamètre : 42.2 mm
  • Longueur : 29.9 mm et 37.1 mm avec le rochet et l’anneau
  • Arrêtoirs : au rectangle 3.2 à 3.8 mm / 2.8 mm
  • Culasse : classique rond bombée
  • Diamètre : 48.7 mm
  • Epaisseur du bord : 8.2 mm
  • Epaisseur au centre : 18.1 mm

Grand ressort : Plat, fixé par une grosse vis, à la base du bras inférieur et qui vient prendre le chien par l’intermédiaire de la chaînette.

Ressort de la triple action : Situé derrière le chien, avec déport vers la droite baïonnette de liaison entre le ressort et la détente.

Chien : Classique, tête plate avec une entaille pour prendre la visée.

Base arrière du chien avec 2 crans.

Ressort de rappel de détente : En V, placé dans l’embase devant le corps de la détente.

Pontet : Type rond fixé par l’avant sur le pied du canon et à l’arrière par une vis externe.

10 copie

Talon : De forme ovale bombée, fixée par 2 vis apparentes sur les bras de la crosse, sans anneau.

Baguette d’éjection : En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.

Plaquettes : 2 pièces en bois de noyer, tenues par une grande vis traversant de part en part la crosse.

11 copie

® et © Lefaucheux Novembre 2015.

Triple Action LF — 12 MM

Revolver Lefaucheux 12 mm en Triple Action sans numéro LF

1_modifié-1

Introduction et datation

Eugène Lefaucheux dépose le brevet de la Triple Action le 27 Septembre 1862 en utilisant comme base un revolver 7 mm.

Très rapidement, le principe de la Triple Action est adapté sur un 12 mm et par la suite, sur les 9 mm.

L’armée Française fera des essais en vue d’une éventuelle adoption comme arme règlementaire, mais ne confirmera jamais.

C’est l’armée Norvégienne qui va être le premier client pour ce type de revolver.

Les essais ont probablement lieu fin 1862, voire début 1863.

L’achat et la livraison à l’armée Norvégienne auront lieu en début 1864.

Brevet 55784 du 27 septembre 1862

Les premiers revolvers en 12 mm TA ont le ressort du système Triple Action déporté sur la droite (comme sur le dessin du brevet) ; les vis tenant le talon de la crosse aux deux montants sont visibles, le numéro LF xxx est situé sur le tonnerre droit et le pontet est fixé à la sous-garde par deux vis extérieures.

6_modifié-2

Le revolver de cet article est donc une évolution tardive, puisque :

  • Le ressort de Triple mouvement se situe dans le prolongement de l’arrière du chien.

8_modifié-2

7_modifié-1

  • Le pontet est toujours fixé par 2 vis, l’une par l’extérieur, l’autre par l’intérieur.

4_modifié-1 copie

  • Les vis du talon de la crosse on disparut, laissant place à un arrondi harmonieux comme sur les crosses des 9 mm en DA et TA ainsi que celles des 7 mm TA à 20 coups, datant de début 1865.
  • Le numéro LF passe sur le côté gauche de l’arme, dans le prolongement de l’axe central.

C’est cette dernière observation qui rend cette arme très intéressante et curieuse puisqu’elle est dépourvue de numéro LF.

Pourquoi ??

Pour le moment la raison m’en est inconnue.

La datation de cette arme n’est donc pas possible, néanmoins en prenant en compte les observations ci-dessus on peut la situer après 1865.

Poinçons et Marquages

Du fait de l’absence du numéro LF, les marquages et poinçons sont relativement rares sur cette arme.

L’ensemble des pièces comporte le numéro « 51G  », qui correspond à son numéro d’assemblage.

3_modifié-1

Sur le dessus du canon, en lettres classiques : « E. Lefaucheux, BS.G.D.G. à Paris ».

9_modifié-1

Sous le canon, au niveau de l’axe central, le chiffre « 2 ».

Caractéristiques techniques :

Poids à vide : 1015 grammes

Longueur totale de l’arme : 260 mm

Longueur du canon : 129 mm

Epaisseur du canon : 17.9 mm après le tonnerre, 17.3 mm après le guidon.

Canon rond sur l’ensemble, mais un tonnerre plus épais de 19.4 mm sur 28.7 mm de long, avec un guidon surmonté d’un grain d’orge.

  • Intérieur du canon : Rayé de 4 rainures larges, tournant vers la droite.
  • Entrée : 11 mm / 11.3 mm
  • Sortie : 10.7 mm / 11 mm

Fixation du canon : vissé par 10 rotations sur l’axe central et maintenu par une vis sur le devant de la sous-garde.

5_modifié-2

Embase de la cage du barillet :

  • Largeur : 14.5 mm / 15.7mm
  • Epaisseur : 9.7 mm /11 mm

Fixation du socle à la carcasse : par 3 vis.

Mécanisme : Triple Action.

Barillet : 6 coups, 12 mm à broche

  • Entrée drageoir : 11.9 mm
  • Sortie drageoir : 11.2 mm
  • Diamètre : 42.0 mm
  • Longueur: 30.3 mm et 38.1 mm avec le rochet et l’anneau
  • Arrêtoirs : en triangle 2.7 à 3.4 mm / 2.4 mm
  • Culasse :
  • Diamètre : 49.0 mm
  • Epaisseur du bord : 8.4mm
  • Epaisseur au centre : 17.2 mm

Grand ressort : Plat, fixé par une grosse vis, à la base du bras inférieur et qui vient prendre le chien par l’intermédiaire de la chaînette.

Chien : Classique, tête plate avec une entaille pour prendre la visée.

Ressort de rappel de détente : En V, placé dans l’embase devant le corps de la détente.

Pontet : Type rond.

Talon : De forme ovale bombée se terminant avec un anneau.

Baguette d’éjection : En forme de « tête de clou» permettant de repousser les douilles hors du barillet.

Plaquettes : 2 pièces en ivoire tenues par une grande vis traversant de part en part la crosse.

2_modifié-1

Arme entièrement poli blanc.

© et ® Lefaucheux Septembre 2014

Triple action – Escoffier – 9 mm

Description du Lefaucheux 9 mm en Triple Action, signé par Félix Escoffier

6_modifié-1

Le revolver ici présent est une rareté, si mes hypothèses se confirment.

Ce modèle 9 mm en Triple Action, tout en rondeur, comme les 12 mm, a perdu les formes anguleuses du 7 mm.

12_modifié-1

11_modifié-1

C’est un modèle réduit du 12 mm, avec néanmoins une petite différence, qui classe l’arme dans la catégorie « d’arme de poche », à savoir :

  • L’absence de pontet, donc une détente repliable comme les 7 mm.

Sa rareté n’est pas due à sa ressemblance avec le 12 mm, du même mécanisme, mais car:

  • C’est une arme qui est rigoureusement identique à n’importe quel autre 9 mm en TA d’Eugène Lefaucheux, sauf que celle-ci ne comporte pas le fameux LF ou tout autre marquage permettant de le relier à ce dernier.

16_modifié-1

A l’emplacement où on retrouve normalement le LF, suivi de son numéro sur le côté gauche, on peut lire : « F. Escoffier Entrepr. ».

« Mathieu Félix Escoffier est Arquebusier et fourbisseur à Saint Etienne où il détient un atelier de fabrication d’armes de chasse et civiles de 1847 à 1878 et conjointement, entrepreneur à la Manufacture de 1852 à 1874.

Il avait la charge de coordonner la production d’éléments d’armes pour la Manufacture chez les armuriers civils de la région de St Etienne,  ainsi que  la production de certaines autres pièces au sein même de la Manufacture et d’en faire réaliser l’assemblage final pour l’armée. »

13_modifié-1

  • Dans un des documents signés de la main d’Eugène Lefaucheux, dans lequel il détaille sa production, on apprend qu’il aurait fabriqué environ 900 armes pour Mr Escoffier.

L’arme décrite ici est très probablement une d’elles.

Annotation datée du 12 octobre 1872 et compte tenu de la période d’utilisation du banc d’épreuve marqué sur le barillet on peut donc situer la fabrication de cette arme entre 1869 et 1872.

carves

9_modifié-1

  • Le dessus du canon est marqué au nom de : « Félix Carvès » en lettres peintes d’or.

Qui est ce « Félix Carvès » ?

Hypothèse :

Né le 24 novembre 1853 à St Etienne, il est le fils de François Carvès et Marguerite Garnier.

Il exerce le métier d’Inspecteur d’exploitation du Chemin de Fer P.L.M.

Son père François a une rue à son nom à St Etienne, pour avoir amélioré les fours de carbonisation : « les fours Carvès »

Sources:

Marquages et Poinçons :

L’ensemble des pièces comporte le numéro d’assemblage : 5 V.

7_modifié-1

Sur le tonnerre gauche, encore partiellement visible:

« F. Escoffier Entrepr. »

Sur le dessus du canon :

« Félix Carvès»

17_modifié-1

Sur le pourtour du barillet, le poinçon du banc d’épreuve situe cette arme entre 1869 et 1879.

Sous les plaquettes, plusieurs poinçons : un « Cœur », en plus du 5 V.

15_modifié-1

Caractéristiques techniques :

Arme à vocation purement civile.

Poids de l’arme : 670 grammes

Longueur totale de l’arme : 210 mm

Longueur du canon : 100 mm

Portière de chargement : Côté droit dans la culasse, s’ouvrant vers le haut.

Baguette d’éjection : Amovible, avec ressort longitudinal.

Barillet : 6 coups, 9 mm à broche

Longueur : 27 mm

Diamètre : 36 mm

Culasse : 44 mm

3_modifié-1

Détente : Repliable vers l’avant.

Mécanisme : Triple Action.

5_modifié-1

14_modifié-1

Plaquettes : En ivoire, avec un anneau pour dragonne.

10_modifié-1

® et © Lefaucheux Juin 2013

Fusil système Fouque

Fusil à canon coulissant selon le Brevet de Mr Fouque:

1 site

Fusil mono-canon coulissant

Longueur totale : 1130 mm

Longueur canon : 740 mm

Longueur détente – crosse : 340mm

Calibre : 16 / 50

9 site

Poinçons et Marquages :

Sur la plaque du dessus dans le quel coulisse le canon il y a un nom :

6 site

  • « Système Fouque »

Selon le « Qui est Qui » de Jarlier page 177:

« Pierre Marie Fouque, Ingénieur Civil, à Ixelles ( Belgique).

Brevet belge le 5 mai 1867 pour la transformation de fusils de guerre en fusils de chasse  »

Pierre Marie Fouque est un Ingénieur Civil Français, ayant dû élire domicile à Ixelles pour pouvoir déposer son brevet en Belgique.

Ce qui explique le brevet Belge et les poinçons de Saint Étienne

Pierre Marie Fouque, Ingénieur Civil, déposa un Brevet le 5/5/1867 en Belgique concernant la transformation des fusils de guerre en fusil de chasse.

Le dessin du brevet correspond exactement au fusil en photo.

Mais les poinçons sont de Saint Etienne, Mr Fouque aurait-il exercé en France ?

8 site

Poinçon de St Etienne valable de 1836 à 1868 ce qui correspond parfaitement à la période de la broche.

32 dans un cercle, marquage contrôleur

J-B. R. correspond à Jean Baptiste Rivolier qui présenta à l’exposition de Saint Etienne de 1868, 2 fusils de Mr Fouque.

118 qui est probablement le numéro de série de l’arme

Sur l’ensemble des pièces le numéro 22

Fusil à canon coulissant avec éjecteur de douille:

5 site

  • En sortant la poignée (soudé au canon) de son logement et en la poussent vers l’avant, la canon ce libère de la culasse permettant le chargement ou déchargement.

10 site

  • En effectuent ce mouvement l’éjecteur vient buter sur le rebord de la plaque qui recouvre le canon. Cette butée provoque une pression sur la broche de la douille et l’éjecte du canon. L’éjecteur est maintenu en place dans un gorge, forment une glissière et un petit ressort probablement surmonté d’une petite bille vient ce placer, en fin de butée dans le trou prévu à cette effet.

11 site

  • La cartouche vient ce loger profondément dans le canon, laissent un « rebord » qui, en ferment le canon, vient ce mettre dans la culasse. Un moyen de diminuer la perte de gaz puisque la culasse est hermétiquement fermé.

4 site

3 site

7 site

  • Enfin d’éviter que le canon s’ouvre, par la puissance du coup de feu, un système de double verrouillage existe :
    • Il faut pousser la poignée du canon dans son logement, afin que la broche ce place sous le chien.
    • Sur le rebord du fût une demi –rond « mâle » vient s’encastrer dans un demi-rond « femelle » situé, sur la pièce forment la glissière de l’éjecteur, sur le canon .
    • Avec le rebord du canon qui rentre dans la culasse, la poignée dans son logement et le «mâle» dans la «femelle», l’ensemble ne présente pas de jeu.

2 site

© et ® Lefaucheux, mai 2016